12 morts, 45 blessés et 4728 maisons effondrées – Sahel

0
29


Partager c’est aimer!

Comme d’autres régions du pays, Maradi n’a malheureusement pas échappé aux vagues d’inondations et d’effondrements de maisons suite aux pluies torrentielles et au flux du Goulbi en provenance du Nigeria. La situation est si préoccupante qu’elle a conduit à une visite de travail de 48 heures dans la région de Maradi par le Ministre de l’Action humanitaire et de la gestion des catastrophes, M. Magai Laouan. Il lui appartient d’évaluer de première main les dégâts causés et de trouver des solutions rapides pour alléger les souffrances des victimes.

Au 12 août 2020, les huit (8) départements de la région, une (1) ville, vingt et une (21) communes et cent douze (112) villages et quartiers ont été touchés par les inondations. Il y a 4 541 ménages touchés, 48 ​​248 personnes touchées, 12 morts et 45 blessés dans toute la région. Quant aux dégâts, il s’agit de 4 728 maisons effondrées, 671 huttes endommagées, 734 têtes de bétail, 676,25 ha de cultures inondées. Dans la ville de Maradi, sept (7) des 17 quartiers ont été inondés provoquant l’effondrement de 409 maisons, de 32 huttes. Ainsi, 662 ménages sont touchés, soit 8 976 personnes touchées et 453,25 ha de champs inondés.

Le ministre de l’Action humanitaire et de la gestion des catastrophes a commencé sa mission par une série de visites dans les champs inondés du département de Madarounfa. Une superficie de 453 ha est envahie par l’eau rendant toute pratique culturale impossible. Sur place, le ministre Magagi Laouan a écouté les avis des techniciens qui soutiennent cette zone qui ne peut être exploitée qu’après le retrait de l’eau grâce aux cultures maraîchères et à la plantation de boutures de manioc. Le ministre a demandé aux autorités municipales de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour que cette opportunité soit exploitée le moment venu. Il a ensuite visité le quartier de Maradaoua où de nombreuses maisons se sont effondrées. Les victimes de ce quartier ont été relocalisées dans l’enceinte de l’école de Magama, qui abrite 400 ménages. La délégation ministérielle a également remis des kits alimentaires d’urgence à chacune de ces familles. Ce kit est composé d’huile, de sucre, de sel, de riz, de maïs, de niébé.

Le cimetière Nassalé de Maradi, en partie inondé, a reçu le ministre et la délégation ministérielle. Le ministre a trouvé plus de 600 personnes, hommes, femmes et enfants équipés de toutes sortes de matériaux remplissant les différentes tombes effondrées. Une mobilisation qui a merveilleusement surpris le ministre. «Je dois faire une marque particulière sur ce que j’ai vu au cimetière de Nassalé à Maradi. J’ai trouvé de nombreuses femmes et hommes déterminés à réhabiliter les tombes inondées avec tous les moyens dont ils disposent », a-t-il déclaré. Il est à noter à ce niveau que la bonne volonté a été démontrée en acheminant un grand volume de graviers et de latérite pour ces travaux.

Dans les villages de Dan Makaou (commune de Dan Issa) et Batchaka (Chadakori), le ministre de l’Action humanitaire et de la gestion des catastrophes est allé voir les maisons s’effondrer. À Batchaka, il a présenté les condoléances du gouvernement à une femme survivante et blessée qui a perdu trois de ses enfants dans l’effondrement de leur maison. Une enveloppe symbolique lui a été remise. A Garin Daouré (Tibiri Gobir) et dans les duplex de Maradi Kolliya, le ministre Magai Laouan a noté l’érosion des terres due au ruissellement des eaux. Si à Garin Daouré le débit d’eau menace le village dans sa partie ouest provoquant la casse des installations SEEN (le village manque d’eau potable depuis plus d’un mois), au niveau des duplex les fissures causées par les eaux de pluie menacent plusieurs villas construit dans le cadre du programme Maradi Kollya. Des travaux de remblayage sont prévus pour sauver cette ville chèrement bâtie.

Au terme de toutes ces visites, le ministre de l’Action humanitaire et de la gestion des catastrophes a présidé une réunion avec le comité régional de suivi des catastrophes. Il s’agissait de trouver des moyens de revitaliser ce comité afin qu’il soit plus actif dans la gestion des catastrophes. Lors de la conférence de presse qu’il a animée, le ministre Magagi Laouan s’est dit satisfait d’avoir vu des populations engagées et des responsables régionaux à l’écoute de leurs populations. Cependant, il a déploré les 12 décès enregistrés dans la région et a soutenu que l’Etat avait réagi en distribuant les kits aux victimes de Maradi Ville et que des dispositions étaient prises pour soutenir les populations des départements. Il a enfin remercié les partenaires humanitaires qui soutiennent les populations.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici