218 nouveaux décès en France en 24 heures, baisse continue des hospitalisations

0
85



Publié le: Modifié:

La France enregistre vendredi 218 décès supplémentaires dus à Covid-19 en l’espace de 24 heures mais le nombre de patients en soins intensifs continue de baisser, selon la direction générale de la santé. Le nombre total de morts s’élève à 24 594 décès dus au nouveau coronavirus depuis le début de l’épidémie.

Le nouveau coronavirus a fait 218 décès supplémentaires en France en 24 heures, portant à 24 594 le nombre total de décès enregistrés depuis le début de l’épidémie, a annoncé vendredi le directeur général de la santé. Dans son point de presse quotidien, Jérôme Salomon a signalé une baisse continue du nombre de personnes hospitalisées, en particulier dans les unités de soins intensifs.

Le bilan des décès est divisé en 15 369 décès dans les hôpitaux et 9 225 dans les établissements sociaux et médico-sociaux, principalement les maisons de repos, a indiqué Jérôme Salomon.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination par le nouveau coronavirus est passé à 25 887, soit 396 de moins que jeudi.

Sur ce total, 3 878 patients sont traités en réanimation, 141 de moins que la veille. Un pic a été atteint le 9 avril avec près de 7 200 patients.

Cartes de déconfinement corrigées

Lors de son point de presse, Jérôme Salomon a présenté des cartes de déconfinement corrigées. Il précise que les données ont changé pour neuf départements: Aisne, Calvados, Cher, Dordogne, Haute-Corse, Lot, Nièvre et Oise. Aucun de ces départements n’est donc classé comme “rouge”.

>> Lire aussi: “Rouge ou vert… Quels sont les critères de la carte des départements de déconfinement”

Plus tôt dans la journée, les agences régionales de santé (ARS) d’Occitanie et du Centre avaient indiqué que le classement en «rouge» des départements du Lot et du Cher sur la carte établie en prévision de déconfinement était probablement dû à des erreurs de comptage.

Dans le Lot, “qui n’est pas à ce stade parmi les plus touchés par l’épidémie”, ce classement “a suscité des malentendus forts et légitimes”, a reconnu ARS Occitanie dans un communiqué publié dans la nuit.

De son côté, l’ARS corse avait déjà reconnu jeudi un doute sur le classement de la Haute-Corse en rouge, indiquant que “les modalités de codage par le centre hospitalier de Bastia conduisent à une surestimation du nombre de visites d’urgence pour le Covid- 19 “.

Ces cartes provisoires, dévoilées jeudi par le ministre de la Santé, Olivier Véran, décident entre les départements de la mise en œuvre d’une déconfinement plus ou moins stricte.

Avec l’AFP et Reuters



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici