APPEL DE SAVE THE CHILDREN : une rentrée scolaire sécurisée pour tous les enfants au Niger

0
9


Au cours de cette année 2020, Save the Children a lancé à travers le monde une campagne globale appelée « SauverNotreEducation » pour attirer l’attention des dirigeants du monde sur les défis du droit à l’éducation.  Au Niger, la rentrée scolaire 2020 – 2021 s’annonce dans un contexte dominé par les inondations, les crises sécuritaires et les élections en perspectives qui ont fait naitre quelques doutes chez les enfants quant à l’assurance d’une rentrée scolaire effective et régulière pour tous.

Zeyna transfert argent bis

  • Environ 3,8 millions[1] d’enfants du Niger ont vu le début de la nouvelle année scolaire retardé en raison des fortes inondations qui ont occasionné un nombre important de sinistrés et de leur recasement dans les différents établissements scolaires du pays ;
  • 3128 écoles ont été endommagées ou détruites lors des inondations dans les huit régions du Niger. Parmi ces écoles, 330 écoles sont utilisées comme abri par les personnes affectées par les inondations.
  • La crise des inondations s’ajoute à celle du Covid-19 qui a retardé l’année scolaire 2019-2020 de 8 semaines, et qui a fortement menacé la qualité de l’apprentissage
  • La situation actuelle d’insécurité met également en péril les efforts visant à réinsérer les 2,6 millions d’enfants non scolarisés dans l’éducation formelle ou non formelle.
  • Les élections prévues en décembre risquent de perturber l’exercice du droit à l’éducation par les enfants du Niger car de nombreux acteurs éducatifs seront mobilisés dans le processus électoral.

Beaucoup reste à faire pour une année scolaire sûre et régulière pour tous les enfants, y compris ceux vivant dans les zones affectées par la crise sécuritaire

Save the Children encourage fortement les autorités éducatives pour leur réponse en faveur de l’amélioration des conditions d’apprentissage et plaide pour davantage de protection et de sécurisation des écoles et des environnements d’apprentissage notamment dans les zones affectées par les conflits.  Comme l’a si bien souligné Hadiza (jeune ambassadrice) aux dirigeants du Conseil de Sécurité le 10 septembre dernier : « vous constaterez avec moi que quand une école est attaquée et que les enfants sont obligés de fuir leurs villages, tous les systèmes s’effondrent injustement. Pour moi, réclamer le droit à l’éducation pour les enfants vivant dans les situations de crises, c’est défendre les droits des adultes à la survie. Comme on le dit chez moi en Haoussa « Yara Mayan Gobé » qui veut dire « les enfants sont l’avenir de demain ». Sur la nécessité de ne pas davantage retarder le retour en classe, Faiza, 15 ans, dit que « c’est important d’avoir l’école pour les filles et les garçons…Si ce n’est pas ouvert à temps on sera en retard et on va oublier ce qu’on a appris ». Pour Hamadou, 17 ans, « ouvrir l’école nous permet de ne pas aller aux champs ; on peut avoir du travail à l’école et aider nos parents et le pays ».

Les enfants réclament des autorités éducatives la mise en place des dispositions pédagogiques et matérielles pour leur retour à l’école :

Pour assurer une éducation de qualité, les besoins spécifiques des enfants doivent être pris en compte par les autorités éducatives. Lors des inondations, les enfants ont vécu des situations difficiles dont il faudra tenir compte avant et pendant l’ouverture des classes.  Rachida M, 14 ans explique que « Nos effets sont perdus, nous avons vu des serpents dans l’eau, des crocodiles, des verts de terre et certains sont même devenus malades ». Les besoins essentiels des enfants restent actuellement les fournitures et d’équipements scolaire tels que :  cahiers, sacs d’écolier, crayons, tables bancs… Comme l’explique Rachida A 15 ans, « nos sacs et nos cahiers sont partis dans l’eau ».

Pour répondre au cri du cœur des enfants, Save the Children appelle les autorités éducatives nigériennes :

  • A la mise en place de dispositions pour assurer une rentrée effective à tous les enfants affectés par les inondations et des crises sécuritaires ;
  • A la mise à disposition du matériel scolaire dès la première semaine de la rentrée scolaire ;
  • Au respect du calendrier scolaire pour minimiser les pertes sur le volume horaire annuel eu égard au retard accusé en ce début d’année scolaire ;
  • A la mise en place de plan d’urgence dans toutes les écoles des zones affectées par la crise pour minimiser les risques d’attaques contre l’éducation.
  • A envisager la mise en place du dispositif d’enseignement à distance pour mitiger les effets de futures crises menant à la fermeture des écoles.
  • A la prise de mesures conséquentes pour que des dispositifs de lavage des mains soient installés dans chacune des écoles pour minimiser les risques de nouvelles contaminations à la Covid-19 et d’autres maladies ;
  • A la prise de mesures conséquentes d’hygiène pour que les filles aient accès en toute sécurité aux toilettes afin de faciliter la gestion de l’hygiène menstruelle en toute dignité ;

Save The Children souhaite une bonne et heureuse rentrée scolaire à toutes les filles et à tous les garçons ainsi qu’à tous les acteurs et actrices engagés pour l’accès à une éducation sûre, inclusive et de qualité pour tous les enfants du Niger !

[1] Voir: https://en.unesco.org/covid19/educationresponse





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici