Aulas aborde le gouvernement dans une lettre aux parlementaires

0
70



Pas moins de 9 000 signes pour épingler le gouvernement. Dans le cadre de son défi à la fin “trop ​​hâtivement définie” de la saison de Ligue 1 2019-2020, privant l’Olympique Lyonnais d’une qualification pour une compétition européenne, Jean-Michel Aulas tente de se faire entendre dans le domaine politique. Dans une lettre adressée aux députés et aux sénateurs, selon les informations publiées ce mercredi soir par Le Parisien, le président de l’OL estime que l’exécutif a précipité la décision du football français.

Les arguments visent en particulier Roxana Maracineanu: “La ministre des Sports a expliqué que sa position était fondée sur la proposition qui lui avait été transmise: une saison qui devait se terminer le 3 août, en raison des dates imposées par l’UEFA, mais Je peux confirmer qu’il n’y a jamais eu de date du 3 août imposée par l’UEFA. “

Il rappelle également, contrairement aux déclarations de l’ancien nageur, avoir proposé une solution d’urgence: “Dans tous les cas, à partir du principe formulé par le gouvernement (pas de match avant début août), on aurait pu retravailler d’autres récupérations scénarios. “

Prêt à contester le projet de loi pour protéger la LFP?

Considérant que la France aurait pu attendre les retours de l’Allemagne, qui s’apprête à redémarrer la Bundesliga samedi grâce à un protocole sanitaire strict, Jean-Michel Aulas maintient qu’il est peut-être encore temps de faire marche arrière.

“Je pense que nous sommes actuellement dans la mauvaise direction mais il n’est peut-être pas trop tard pour essayer d’imaginer, à la lumière de ce qui se passe partout en Europe, quelque chose qui est cohérent à la fois politiquement que santé et sport”, écrit-il, soulignant de plus n’étant pas certain que les clubs français soient en mesure de «rembourser» les prêts garantis par l’État qui ont été contractés pour faire face à la crise économique.

Profitant de l’occasion pour rappeler que le football français représente “7 500 emplois directs” et “800 millions d’euros de charges fiscales et sociales”, le président lyonnais prévient les parlementaires qu’il est prêt à attaquer le projet de loi pour soutenir les décisions prises par les autorités sportives lors de cette pandémie. “Si ce texte est adopté, dès qu’une ordonnance sera rendue, il faudra se prononcer sur sa conformité avec la Constitution et la Convention européenne des droits de l’homme”, explique Jean-Michel Aulas, à la recherche d’un “soutien” de la représentation nationale.

En plus de ces révélations, l’influent leader français du football a été ému par d’autres révélations de la Parisien rapportant une “fronde anti-Aulas” qui aurait pesé dans le choix des modalités d’arrêt de la saison. “Une affaire d’État?” Demanda l’intéressé dans un tweet.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici