Baisse progressive des cas COVID 19 au Niger – Le Sahel

0
86


Partager c’est aimer!

Le Premier ministre, chef du gouvernement, S.E. Brigi Rafini, président du Comité interministériel de lutte contre la pandémie de coronavirus, a présidé la réunion hebdomadaire du comité hier matin à Niamey. La présente réunion, qui s’est tenue en présence de plusieurs ministres membres du comité et du groupe d’experts, a inscrit à son ordre du jour un certain nombre de points, à savoir le point sur la mise en œuvre du plan de réponse; un examen rapide des mesures prises par le gouvernement pour arrêter la propagation du virus; la situation de l’exécution financière et éventuellement des recommandations au gouvernement en prélude au prochain Conseil des ministres.

Au cours de cette réunion interministérielle, le ministre de la Santé publique, le Dr Idi Illiassou Mainassara, a présenté la situation de la maladie des coronavirus au Niger. Il ressort de sa présentation qu’au 27 mai 2020, la situation était la suivante: 7781 personnes de contact; 11 622 personnes confinées dont 10 636 sorties et 986 sont en train de partir sur tout le territoire national. Par rapport au laboratoire, il convient de noter que 4 538 personnes ont été testées, dont 955 positives; 95 en cours de traitement; 774 patients ont été guéris et un total de 64 personnes décédées ont été enregistrées. Concernant la répartition des cas et des décès par région, le ministre de la Santé publique rappelle que la région d’Agadez a enregistré un total de 37 cas dont un (1) décès; Diffa avec 6 cas et zéro (0) décès; Dosso (16 cas et zéro (0) décès); Maradi (11 cas et trois (3) décès; Niamey (734 cas dont 42 décès); Tahoua (18 cas et zéro (0) décès); Tillabéry (5 cas et zéro (0) décès); Zinder (128 cas dont 18 mort).

L’évolution de la pandémie COVID 19 est stationnaire dans notre pays. Elle évolue toujours vers un déclin progressif des dossiers. En ce qui concerne la mort, le ministre Idi Illiassou a noté que la plupart des personnes décédées souffrent de comorbidité. Par rapport à la situation des tests, le communiqué du ministre de la Santé publique note une nette amélioration en dehors de la région d’Agadez où les tests continuent d’être envoyés à Tahoua. Agadez aura bientôt les moyens de tester les patients et de donner les résultats sur place. «Nous avons une capacité de lit considérablement améliorée. Au 27 mai 2020, 11 patients étaient hospitalisés à l’hôpital général de référence et aucun patient n’était en soins intensifs; 12 patients à Agadez; deux (2) à Diffa; sept (7) à Dosso; quatre (4) à Maradi; 10 (dix) à Zinder dont deux patients en soins intensifs. 49 personnes sont asymptomatiques et prises en charge à domicile ”, a déclaré le ministre de la Santé publique. De plus, l’approvisionnement en médicaments et moyens de protection se poursuit, notamment grâce aux dons de différents partenaires.

De plus, le ministre de la Santé publique a noté qu’au cours des deux derniers jours, notre pays enregistre un certain nombre de cas importés. Ces cas s’expliquent par le fait que les travailleurs humanitaires ont bénéficié d’une exemption. Cette dérogation a entraîné le retour de certaines personnes dans leurs établissements. Lorsque ces personnes ont été confinées, des cas positifs ont été détectés parmi eux, cinq (5) le 26 mai et trois (3) le 27 mai 2020. Tous les cas importés ne sont pas nigériens.

Quant au Ministre de la promotion de la femme et de la protection des enfants, Mme Elback Zeinabou Tari Bako, et son homologue de la Renaissance culturelle, M. Assoumana Malan Issa, ont fait le point sur les dossards locaux pour renforcer les barrières. Leur présentation montre que plus d’un million de dossards ont été fabriqués.

Pour sa part, le président du groupe d’experts pandémie COVID 19, le professeur Saidou Mamadou, a noté une évolution très favorable de l’épidémie au stade actuel. Le principal indicateur qui le montre est R 0. Il indique le nombre de personnes qu’une personne infectée peut contaminer. Nous étions au début de l’épidémie près de cinq (5) personnes. Nous sommes maintenant à 0,248. Cela signifie qu’il faut environ quatre (4) personnes infectées pour pouvoir infecter une seule personne. «Nous venons de loin. Et cette tendance a duré trois à quatre semaines. On pourrait dire que l’épidémie est sous contrôle mondial. Mais cela ne veut pas dire lâcher prise. Au contraire, nous devons toujours respecter les mesures de barrière car l’épidémie n’est pas terminée. Nous aurons toujours des cas sporadiques même dans deux ou trois mois sinon plus. La vigilance doit être exercée car l’épidémie ne partira pas comme par magie. Par conséquent, des mesures de barrière telles que le port d’un masque; le lavage des mains avec de l’eau et du savon ou une solution hydro-alcoolique et une distance sociale d’au moins un mètre doivent être respectés le plus longtemps possible », a conclu le Pr. Saidou Mamadou.

Hassane Daouda (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici