BLANCHIMENT MEDIATIQUE EN COURS DES FOURNISSEURS – L`innovation au service de l`information pour mieux informer.

0
125


Des soldats de la force spéciale du Niger engagés dans la lutte contre Boko Haram à Diffa, le 20 mars 2015.

Alors que l’affaire dite de l’audit du ministère de la justice est pendante devant la justice, des voix, guidées par on ne se sait quels intérêts, versent dans une tentative  tendant à blanchir ou à rendre irresponsables certains fournisseurs cités dans ladite affaire  à travers une curieuse mobilisation aux moyens d’articles de presse et des publications sur les réseaux sociaux.

La responsabilité des agents publics  ne souffrent, sans doute, d’aucune ambiguïté s’agissant de la fraude qui a traversé toute la chaine de passation des marchés publics.

Cependant, lorsque tout un mécanisme de contrôle et de vérification  a été mis place en vue de mettre la chaine de passation des marchés publics à l’abri de toute fraude et que l’improbable se produit avec une fraude qui a eu raison de la chaine, la surfacturation et la non-livraison des produits des marchés ne sauraient prospérer sans corruption et les infractions qui lui sont assimilées ainsi que le faux et son usage.

En tous les cas, seule l’information judiciaire ouverte à cet effet peut, de façon exhaustive, énumérer la liste des infractions qui caractérisent cette affaire et pour le moment les  auditions au niveau des unités d’enquête semblent se poursuivre.

Sur quelle base se fonde, donc, le blanchiment médiatique en cours de certains fournisseurs cités dans ladite affaire sur les réseaux sociaux et dans certains articles de presse ?

Ne serait – il pas mieux pour ces voix qui s’élèvent pour rendre irresponsables ces fournisseurs s’agissant des faits dont elles n’ont aucune connaissance de se constituer en conseils pour aller les défendre devant la justice ?

Par Namalka Bozari (Contribution Web)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici