Calais: des associations saisissent le Défenseur des droits et les rapporteurs de l’ONU sur la situation des migrants

0
31



Treize associations travaillant avec les migrants à Calais ont annoncé vendredi avoir pris contact avec le Défenseur des droits, ainsi que sept rapporteurs spéciaux des Nations Unies sur les droits de l’homme, pour “les alerter sur les conditions de vie inhumaines” des réfugiés.

A Calais, les évacuations de camps se succèdent et la répression policière contre les migrants
a augmenté depuis l’arrivée de Gérald Darmanin au ministère de
l’intérieur, accuser
associations de défense des droits de l’homme présentes sur
carré.

Pour essayer d’être entendu, treize
d’entre eux – dont l’Auberge des Migrants, Médecins du Monde et Secours
Catholique – a saisi, vendredi 14 août, la Défenseure des droits Claire Hédon, dont le mandat vient de débuter, ainsi que sept
Rapporteurs spéciaux des Nations Unies sur les droits de l’homme.

Le but est de les alerter “de
conditions de vie inhumaines “des réfugiés et les inciter” à
dénoncer les abus récurrents commis par les pouvoirs publics et
intervenir auprès d’eux pour qu’ils s’arrêtent enfin », a écrit le
associations dans un communiqué de presse.

Si les conditions dans lesquelles
les exilés sont “indignes pendant longtemps”, la force est de
notent que “depuis la fin de l’état d’urgence sanitaire” (en raison de l’épidémie de Covid-19) et
“la nomination de Gérald Darmanin à la tête du
l’intérieur “, la situation des exilés à Calais” a été
détériorer », précisent-ils.

En cause, les brutales «évacuations» de plusieurs camps alors
«clôtures» et la «réduction spectaculaire des services vitaux qui
sont des distributions de nourriture, l’accès aux douches ou aux points
de l’eau “.

Violation des droits

Basé sur “65 témoignages”
partagé entre le 10 juillet et le 12 août par des exilés,
membres d’associations et résidents “, les associations dénoncent”
violations du droit à l’eau “,” à l’assainissement “,” à
santé “ainsi que” nourriture “.

Ils rapportent le témoignage d’une personne exilée
présent à Calais: “J’ai faim et soif tous les jours. J’ai froid
toutes les nuits. Je me sens très faible physiquement. Un de mes amis est
est tombé très malade à cause de la situation. Pendant 3 jours, il avait
vertiges, il avait chaud puis froid et il tremblait tout le temps. ”

Dans cette saisine, les associations mettent également en garde contre “la
évacuations forcées »,« les expulsions croissantes de terres où
les exilés survivent “ainsi que” la violence
physique, confiscation des effets personnels et arrestations
». La dernière évacuation remonte au 30 juillet, visant un camp de plusieurs centaines de personnes à proximité de la zone industrielle des Dunes à Calais.

En 2017, le Défenseur des droits Jacques Toubon s’était déjà inquiété
violations des droits “d’une gravité exceptionnelle et sans précédent” à
Calais, où les pouvoirs publics empêchent toute réinstallation dans les camps.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici