CDP Marhaba Bikhum : plébiscité à la tête du parti, Yves Mamane Sani Diatta décline ses ambitions pour un nouveau Niger

0
67



La Convergence pour la Démocratie et le progrès (CDP Marhaba Bikhum) a tenu les assises de son deuxième congrès statutaire le à Niamey. A l’issue des travaux, un nouveau bureau national a été élu avec à sa tête, M. Yves Mamane Sani Diatta, qui succède ainsi au fondateur du parti, Mahamane Jean-Philippe  Padonou, décédé en avril dernier. Economiste de formation, le nouveau président s’est engagé à donner à la CDP Marhaba Bikhum un nouveau souffle afin que le parti puisse contribuer efficacement à l’émergence d’une nouvelle société pour un nouveau Niger.

Zeyna transfert argent bis

Le parti CDP Marhaba Bikhum a un nouveau président. Il s’agit de M. Yves Mamane Sani Diatta qui a été plébiscité par les délégués au 2e Congrès statutaire du parti, qui s’est tenu le 10 octobre dernier à Niamey, pour succéder au défunt Mahamane Jean-Philippe Padonou, le fondateur et premier président du parti qui a tiré sa révérence en avril dernier. Le Congrès s’est ouvert par une cérémonie solennelle qui a été rehaussée par la présence des représentants de plusieurs partis alliés de la majorité ; de l’opposition et des non-affiliés ainsi que des militants et sympathisants du parti. Il a été clôturé avec l’adoption de plusieurs résolutions visant à redynamiser ses structures nationales, régionales et locales. Un nouveau bureau politique national a été également mis en place et composé, en plus du nouveau président, Mamane Sani Diatta, d’un 1est vice-président, M. Makounta Adamou, qui est secondé par M. Ibrahim Oumarou. Le Secrétariat général du parti a été confié à Mme Maiguizo Hamagatine et la Trésorerie générale à M. Kabirou Tanimoune.

Hommage au fondateur du parti

Les délégués venus des différentes régions du pays ont procédés au cours des travaux à une révision des textes du parti afin de dynamiser les activités et de permettre au CDP Marhaba Bikhum de renforcer son positionnement sur l’échiquier politique national et ainsi apporter sa contribution au développement du Niger.

Lors de la clôture du Congrès, le nouveau président du parti a d’ailleurs décliné ses ambitions pour le parti mais également pour le pays. Dans une brève allocution, M. Yves Mamane Sani Diatta a tenu tout d’abord à remercier les congressistes pour le choix porté sur sa personne pour présider désormais aux destinées du CDP Marhaba Bikhum. « C’est un immense honneur qui m’a été accordé », a déclaré le nouveau président qui, avant de poursuivre son intervention, a tenu à rendre hommage à son prédécesseur et mentor en politique, feu Mahamane Jean-Philippe Padonou, à la mémoire duquel une minute de silence a été observée par les participants. « Ce grand patriote a su avant d’autres mettre la jeunesse au cœur de l’outil de transformation de la société nigérienne, qu’il souhaitait bâtir en créant ce parti. Une société ouverte sur le monde, sûre d’elle et accueillante. J’en veux pour preuve le choix de l’emblème du Parti matérialisé par la main tendue contenant trois colas », a poursuivi le président Yves Diatta, qui a ensuite pris un engagement solennelle devant les militants du CDP Marhaba Bikhum en ces termes: « Président, je me fais fort de redonner vie à vos aspirations et objectifs qui nous fédèrent au-delà de toute espérance ».

Des ambitions pour le Niger

Evoquant la vie du parti ainsi que les perspectives, M. Yves Mamane Sani Diatta a déclaré que « notre cher parti à l’instar du monde, doit concevoir et bâtir son propre modèle de société ». Il a ensuite abordé le contexte national et international actuel, sans estimer nécessaire de faire des critiques ou de délivrer des certificats de satisfaction dans tel ou tel domaine, ce qui a été fait ou pas été fait. Ce qui a été bien fait ou mal fait. « Cela n’est pas notre propos. La question à se poser est plutôt  se demander quelle société nous souhaiterions bâtir pour nous et pour nos enfants », a poursuivi le nouveau président du CDP Marhaba Bikhum.

Yves Mamane Sani

« Je m’engage avec la dernière énergie a contribué à bâtir une société juste pour les nigériennes et nigériens. Une société plus juste en matière de justice. Une Société plus juste en matière d’éducation. Une société plus juste en matière de santé. Une société plus juste en matière d’accès à l’eau et à l’électricité. Une société plus juste en matière de responsabilité fiscale des citoyens. En somme, une société plus juste en matière de la gouvernance de l’Etat! ». M. Yves Mamane Sani Diatta, Président du CDP Marhaba Bikhum.

La quarantaine bien remplie, le nouveau président du CDP Marhaba Bikhum est un macro-économiste de formation. Ce qui lui donne l’expertise nécessaire pour avoir une certaine  idée globale des défis auxquels fait face le pays ainsi qu’une vision pour l’avenir en fonction des enjeux de l’heure et des aspirations de la population notamment les jeunes qui constituent 58,2 % de jeunes et une capacité de 18,7% de personnes sur le marché du travail pour le pays. En ce sens, le président Yves Diatta a estimé « qu’il est inadmissible qu’après 60 ans d’indépendance, que nous soyons encore un peuple dont la survie dépend de l’aide extérieure qui fait de nous des éternels mendiants, des invalides et des incapables ». Le président du CDP Marhaba Bikhum a énuméré quelques indicateurs socioéconomiques qui témoignent de la place peu enviable du Niger dans le concert des nations du monde et surtout, mette en exergue les difficiles conditions de vie et de travail des populations malgré les immenses potentialités dont dispose le pays. « Ce tableau sombre mais  réversible me pousse à vous demander nigériennes et nigériens à nous mettre  ensemble et travailler par nous et pour nous-mêmes », a estimé M. Mamane Sani Yves Diatta.

« Notre mission à tous est dorénavant claire : À nous de l’assumer ou de faillir. Pour le Niger il nous faut construire une économie forte basée sur l’industrialisation et un peuple qui ne produit pas consomme. Et un consommateur perd sa richesse et crée la richesse aux autres ».

Poursuivant son allocution, le président du CDP a invité les nigériens et les nigériennes à entreprendre une sorte d’introspection pour situer les responsabilités et assumer le rôle qui est le leur en se débarrassant de certaines postures figées et improductives au regard des défis multiformes du Niger d’aujourd’hui et des opportunités stratégiques qui s’offrent à tous les citoyens pour les relever. « Certes la colonisation nous a fait du tort! Mais nous ne pouvons pas continuer à nous cacher derrière cette seule raison au mépris de notre responsabilité devant l’histoire », a estimé le président Yves Diatta, qui a fait remarquer que les problèmes qui sont aujourd’hui ceux du Niger sont plus le fait de ses propres enfants que ceux des Occidentaux. « Qui sont ceux qui détournent les derniers publics au profit de leur seule famille? Est-ce que les Occidentaux peuvent spolier nos richesses, bafouer notre culture, notre fierté, notre intimité, sans complice  à l’interne. », s’est demandé le nouveau président du CDP Marhaba Bikhum, avant de répondre aussitôt par la négative et annoncer le rôle qu’entend jouer le parti pour un nouveau Niger conforme aux aspirations des nigériens et des nigériennes.

« Le CDP Marhaba Bikhum se positionne et cela contre vents et marées pour dire non à tous les ennemis internes ou externes du Niger. Notre devoir est de transmettre à nos chers enfants un Niger vivable pour eux et leurs enfants. Les nigériens debout pour le Niger d’aujourd’hui et de demain. Telle est la vision Du CDP ».

Le nouveau président du parti a réaffirmé que le CDP entend s’affirmer comme « une force du progrès et du changement » et, à ce titre, à inviter les nigériens et nigériennes soucieuses de l’avenir de leur pays à rejoindre le parti « pour construire un Niger plus juste ».

Après ce Congrès statutaire, le CDP Marhaba Bikhum va se préparer activement aux prochaines échéances électorales dont le processus est déjà dans sa phase décisive. Dans cette perspective, le nouveau bureau politique national va prendre au moment opportun, les décisions nécessaires conforment à sa vision et à ses idéaux. A noter que le CDP Marhaba Bikhum a été créé en 2014 et a présenté un candidat à l’élection présidentielle de 2016 ainsi qu’aux législatives et élections locales de la même année. C’est dire qu’il s’agit d’un parti qui entend faire tout sauf de la figuration sur la scène politique nationale et fort de son expérience politique, son fondateur, le défunt Mahaman Jean-Philippe Padonou, a posé les jalons et préparer le passage de relais à la nouvelle génération avant de tirer sa révérence. Le choix de M. Yves Mamane Diatta à la tête du parti en est d’ailleurs une des parfaites illustrations et un lourd héritage que le nouveau président qui à la lourde responsabilité de faire prospérer et ainsi honorer la confiance en lui placée par son mentor politique et les militants et militantes de la Convergence pour la Démocratie et le progrès (CDP Marhaba Bikhum).

AK Moumouni (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici