ces cinq choses qui nous manqueront encore

0
34



Football gratuit à la télévision

Durant son long mandat à la présidence de la Ligue de football professionnel (2002-2016), Frédéric Thiriez a été un fervent défenseur de la Coupe de la Ligue. Il a vu sa disparition avec un chagrin pour lui mais aussi pour les fans de football. “Tout le monde n’a pas les moyens de s’abonner aux chaînes payantes, a-t-il expliqué dans L’Equipe cette semaine. La Coupe de la Ligue, diffusée par France Télévisions, est la seule vitrine gratuite sur le football professionnel.” C’est en partie vrai. Si la LFP a longtemps refusé de céder les droits à une chaîne payante, elle a finalement cédé la plupart d’entre eux à Canal + en 2016, ne laissant à France Télévisions que le choix d’une affiche par tour, en plus de la finale. À l’exception des finales des grands événements (Ligue des champions, Euro, Coupe du monde), la Coupe de France, dont les droits sont partagés entre France Télévisions et Eurosport, sera la dernière compétition de football à être diffusée en clair en France.

Un billet express pour un titre et la Ligue Europa

Qualifiée en janvier 2019 de “coupe en bois” par Jean-Michel Aulas, la Coupe de la Ligue pourrait offrir à Lyon un ticket inattendu pour l’Europe en cas de victoire contre le PSG vendredi. Moquée pour sa faible fréquentation et critiquée pour son ajout au calendrier, la compétition avait aussi le mérite d’offrir un titre et une qualification en Ligue Europa grâce aux plus rapides. Cinq matches, voire quatre pour les clubs européens qui n’entrent en compétition qu’à partir du 8, suffisent pour accéder à la finale. La Coupe de la Ligue a également permis à certains clubs de rafraîchir leur palmarès, comme l’OL en 2001, un an avant leur premier titre de champion de France, Saint-Etienne en 2013 ou l’OM en 2010, où la victoire finale a été célébrée dans une ambiance de folie a quelques semaines avant le titre de champion de France.

Un laboratoire expérimental

Plusieurs innovations ont été testées lors de la compétition, notamment celle d’intégrer un micro dans l’arbitre lors de la finale 2013 entre Marseille et Bordeaux (3-1). Cela avait donné lieu à un moment culte où Brandao, auteur d’un vilain coup de coude sur Mathieu Chalmé, avait lancé à plusieurs reprises à M. Lannoy: «Je ne l’ai pas touché». En 2018, la compétition a également poursuivi la phase de lancement de l’arbitrage vidéo inauguré la saison précédente lors des barrages d’adhésion L1-L2. Cela avait également donné lieu à une grande polémique lors de la finale entre le PSG et Monaco (3-0) avec un penalty accordé au PSG et un but refusé à l’ASM. Les protestations sont devenues la norme aujourd’hui. En 2016-2017, la LFP a annoncé la suppression du temps supplémentaire en cas d’égalité à la fin du temps réglementaire, avec l’idée de réduire le temps de jeu.

Temps de jeu pour les jeunes et les remplaçants

Avant de voter en masse (66%) pour mettre fin à la compétition en début de saison, les clubs accordaient généralement moins d’importance à la Coupe de la Ligue en laissant régulièrement se reposer leurs cadres ou joueurs très demandés. Les remplaçants habituels, les joueurs un peu placardés ou les jeunes du centre d’entraînement pourraient en profiter pour gagner du temps de jeu, proposant souvent des matchs ouverts riches en buts.

Des histoires mémorables

Sans Coupe de la Ligue, pas de micro ouvert, pas de Brandao et son “je ne l’ai pas touché”. Le Brésilien a également brillé dans cette compétition en la remportant quatre saisons consécutives, de 2010 à 2013, avec Marseille, puis Saint-Etienne. Avant cela, il y a eu l’affaire de la banderole déployée par les supporters du PSG à Lensois en 2008, provoquant un énorme scandale récupéré par les politiciens, et Dani Boon, acteur de la comédie “Bienvenue chez les Ch’tis” ayant inspiré la dérision parisienne.

Détenteur du record du nombre de victoires dans la compétition (8, peut-être 9 en cas de succès ce vendredi soir), le PSG n’a pour l’instant connu qu’une seule défaite en finale. Et c’est mémorable puisqu’en 2000, les hommes de Philippe Bergeroo se sont inclinés devant Gueugnon (2-0), seul résident de Ligue 2 à avoir remporté la compétition.

Parmi les autres moments mémorables, il y avait aussi cette panenka tentée et ratée par le gardien nantais Mickaël Landreau lors des tirs au but en finale perdue par Nantes contre Sochaux (1-1, 5 tab 4). Teddy Richert, gardien de Sochaux, n’avait pas bougé pour capturer tranquillement la tentative de son homologue.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici