Communiqué de presse ANEPI-PNUE – Niger Inter

0
58


Réunis aujourd’hui 16 juin 2020 pour examiner les questions d’actualité relatives aux médias, notamment la situation de notre collègue Mme Samira Sabou, blogueuse et militante sociale, l’Association nigériane des éditeurs de la presse indépendante (ANEPI) et l’Union National Press Publishers ( PNUE) fait le communiqué de presse suivant:

Depuis le jeudi 10 juin 2020, Mme Samira Sabou, blogueuse et militante sociale est sous mandat d’arrêt à la prison civile de Niamey suite à une plainte déposée contre elle par M. Sani Mahamadou, directeur adjoint de cabinet du président de la République. Ce dernier s’est senti diffamé dans une publication faite par Mme Samira Sabou, le 26 mai 2020, sur sa page Facebook.

Selon Maître Yacouba Boulama, avocat de M. Sani Mahamadou, Mme Samira Sabou établit, dans sa publication, un lien d’intérêts communs entre l’un des fournisseurs cités dans le scandale révélé suite à l’audit du ministère de la Défense nationale et de son client , ce qu’il a qualifié de fausses allégations.

Tout en reconnaissant à M. Sani Mahamadou, comme à tout autre citoyen son droit de demander réparation pour les dommages causés à son honneur, les signataires de cette déclaration:

  1. Déplore la détention de Mme Samira Sabou;
  2. Appelez les journalistes à faire preuve de professionnalisme dans l’exercice de leur noble profession;
  3. Rappeler aux journalistes et aux médias leur devoir envers le public de fournir des informations crédibles et vérifiables étayées par des preuves;
  4. Appelons les journalistes à garantir le respect de l’éthique et de la conduite professionnelle de leur profession;
  5. Dit que la noble profession de journaliste doit être exercée par les canaux de diffusion appropriés, à savoir les journaux, les sites d’actualités en ligne, la télévision et la radio, afin d’éviter toute banalisation de la profession à laquelle malheureusement livrent les non-journalistes par le biais des réseaux sociaux devenus prérogative des fausses nouvelles, des intoxications et des publications qui violent la morale.
  6. Inviter le Conseil supérieur de la communication et les médias socioprofessionnels à intensifier leurs initiatives dans le domaine de la formation continue des journalistes en vue de leur professionnalisme;
  7. Appeler les organisations sociopolitiques, pour éviter toute instrumentalisation ou exploitation de la situation de notre collègue Mme Samira Sabou, blogueuse et militante sociale qui peut compliquer les bons offices en cours ou en voie de l’être pour une issue heureuse et rapide de cette Cas;
  8. Appeler les journalistes et les politiciens et au-delà de tous ceux qui exercent de hautes fonctions étatiques à favoriser le dialogue dans le règlement de leurs différends; favoriser le pardon mutuel entre eux;
  9. Soutenir la démarche du conseil d’administration de la Maison de la Presse pour un règlement rapide et amiable afin que notre sœur retrouve sa liberté et sa famille;

À un tout autre niveau, les signataires de cette déclaration constatent la situation très difficile vécue par les médias nigériens et les journalistes résultant de la pandémie de la covid-19. Cette maladie, qui n’a pas de vaccin ni aucun autre traitement adéquat, continue d’avoir un impact négatif sur toutes les activités humaines et par conséquent celles des médias qui peinent à trouver les moyens de leur fonctionnement. Aussi, les signataires de cette demande de communiqué:

  • Il appartient à l’État de prendre des mesures d’accompagnement des médias qui sont les principaux canaux de sensibilisation du public aux mesures édictées par les pouvoirs publics dans le cadre de la prévention de la nouvelle maladie coronavirale;
  • Il appartient aux médias de prendre toutes les mesures pour garantir la protection de leur personnel contre Covid-19;
  • Les journalistes doivent respecter toutes les mesures prévues, notamment les gestes de barrière dans l’exercice quotidien de leur profession afin de protéger leur santé et leur vie ainsi que celles de leurs proches.

Fait à Niamey, le 16 juin 2020.

Ont signé:

  • Pour l’ANEPI, Ibrahim Soumana Gaoh
  • Pour le PNUE, Mamane Abdou Jaharou





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici