Coronavirus: d’importantes mesures prises par le Niger déclinées dans le message à la Nation du 27 mars du président Issoufou Mahamadou

0
68


Nigérianes,
Nigérians,
Mes chers concitoyens,

Pour vous protéger du COVID-19, le gouvernement a adopté et publié une batterie de 26 mesures des 13 et 17 mars 2020.

Depuis ces dates, la pandémie n’a cessé de progresser et notre pays, jusqu’alors épargné, compte à ce jour dix (10) cas dont un décès.
Cette détérioration de la situation sanitaire prouve, le cas échéant, que le Gouvernement, par anticipation, a fait preuve de perspicacité.

C’est le lieu de saluer et de remercier tous ceux qui, par leur mobilisation dans la sensibilisation, contribuent à la mise en œuvre des mesures prises, en particulier les chefs traditionnels et religieux, les chefs des partis politiques et les organisations de la société civile. Ils ont montré qu’ils se soucient de votre santé, de notre santé. Je vous demande à nouveau de vous mobiliser tous, de vous lever comme un seul homme pour vaincre ce mal dont les conséquences sur les plans humain, économique et social sont déjà dramatiques.

Mes chers concitoyens,
Depuis décembre 2019, plus d’un demi-million de personnes ont été infectées dans le monde, dont environ 25 000 décès au 27 mars 2020. Presque tous les 198 pays membres des Nations Unies ont été touchés.
Les experts disent que si rien n’est fait, 40 à 70% de la population mondiale sera infectée avant la fin de la pandémie, qui a un taux de mortalité de 4,5%. En Afrique de l’Ouest, le virus se propage encore plus rapidement qu’en Europe ou en Corée du Sud. Pour faire face à cette situation humaine dramatique, les pays touchés ont utilisé trois stratégies:
– La stratégie de confinement avec des tests ciblés
– Stratégie de test systématique sans confinement
– La stratégie de confinement couplée à des tests systématiques

Le choix de l’une ou l’autre stratégie dépend des capacités économiques et financières de chaque pays. Nous avons décidé d’adopter la stratégie de confinement couplée à des tests systématiques, dans la limite de ce que nos ressources permettent.

Pour la mise en œuvre de cette stratégie, je demande au gouvernement de renouveler les mesures précédemment prises et de mettre en œuvre les mesures supplémentaires suivantes:

Renforcement des prières sur tout le territoire.
Proclamation de l’état d’urgence sur tout le territoire national à compter de ce soir, vendredi 27 mars 2020 à minuit.
Etablissement à Niamey, seule ville touchée par le virus, d’un couvre-feu de 19h00 à 6h00 pour une durée de deux semaines renouvelable à partir du samedi 28 mars 2020.
Isolement sanitaire de la ville de Niamey pour une durée renouvelable de 2 semaines, à partir du dimanche 29 mars à minuit, conformément au hadith: «si vous apprenez qu’une épidémie ravage une zone, n’y allez pas et si vous êtes en une zone touchée par une épidémie, ne la quittez pas ». C’est sur la base de ce hadith que le calife Omar, en route vers le Cham (Syrie actuelle) où régnait la peste, décida d’interrompre son voyage et de rejoindre Médine.
Recherche active des cas suspects et renforcement des tests, notamment par le développement de centres de tests dans chaque capitale régionale et dans certains centres administratifs de départements très isolés.
Adoption du protocole de gestion
Augmentation des capacités d’accueil et de réanimation des hôpitaux
Renforcer la protection du personnel médical
Capacité accrue à contenir les cas suspects
Recrutement de 1 500 agents de santé.

Mes chers concitoyens,
La pandémie de Covid-19 aura de graves conséquences pour l’économie mondiale. Si nous ne trouvons pas rapidement un traitement ou un vaccin, le monde risque de connaître une crise économique comparable, non pas à celle de 2008, mais à celle de 1929. Déjà les prévisions de croissance économique sont revues à la baisse dans tous les pays. La croissance économique mondiale, si la crise ne dure pas, sera de 2,4% au lieu de 2,9%.
L’économie de notre pays, comme celle de tout le monde, sera affectée. Le taux de croissance risque de passer de 6,9% à 4,1%. L’inflation, si des mesures de contrôle des prix ne sont pas prises, passera de 4,4% à 7,9%. Les recettes fiscales diminueront ainsi que les ressources financières externes. Tous les secteurs de l’économie, primaire, secondaire, tertiaire seront concernés. Face à cette situation, je demande au gouvernement de prendre les mesures suivantes:
Exonération des droits et taxes sur tous les produits entrant dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 (masques, gel hydro alcoolique, etc.)
Mise en place de facilités de crédit d’enlèvement pour tout importateur qui le souhaite pour une période de 15 à 90 jours, sous réserve de la production d’une garantie bancaire
Report de la date de paiement de la vignette à fin juin 2020 au lieu du 31 mars 2020.
Suspension des contrôles fiscaux sur place pendant deux (2) mois à compter du 1er avril 2020.
Exonération de TVA sur le transport terrestre interurbain pour toute la période de suspension de l’activité et de report au 1er mai au lieu du 31 mars du paiement de la taxe synthétique.
Dans le secteur hôtelier: application d’un taux réduit de 10% en matière de TVA prévu par les directives de l’UEMOA, application d’un taux d’amortissement de 5% au lieu de 2% et exonération de l’IMF pour l’exercice 2019.
Pour les agences de voyages, suspension de la procédure de perception des taxes pendant trois (3) mois, jusqu’au 20 juin 2020.
Pour les bars et débits de boissons, suspension de la procédure de perception des impôts pendant deux (2) mois, à compter du 1er avril 2020.
Pour les sports et loisirs, suspension de la procédure de perception des impôts pour deux (2) mois à compter du 1er avril 2020
Consultation des opérateurs économiques et, si nécessaire, régulation des prix pour contenir l’inflation.
Ces mesures, prises au niveau national, sont complétées par celles prises au niveau de l’UEMOA.
11. Augmentation de 340 milliards FCFA du volume de liquidité injecté chaque semaine par la BCEAO sur le marché monétaire au profit des banques, le portant à 4 750 milliards FCFA.
12. Extension de l’accès au refinancement aux effets de 1 700 sociétés supplémentaires.
13. Abondance par la BCEAO du fonds de subvention de la BOAD de 25 milliards FCFA respectivement par la BCEAO et 15 milliards FCFA par l’UEMOA afin de mobiliser des ressources concessionnelles en faveur des Etats.
14. Octroi par la BOAD d’un prêt concessionnel de 15 milliards de FCFA par État membre de l’UEMOA.
15. Moratoire de la BOAD sur le remboursement des dettes du Niger à hauteur de 13,2 milliards de FCFA.

Mes chers concitoyens,
En plus des mesures prises pour soutenir les opérateurs économiques, je demande au gouvernement d’adopter les mesures sociales suivantes:
Prise en charge par l’État pour les mois d’avril et mai des factures d’électricité et d’eau pour les tranches sociales.
Renforcement du plan annuel d’accompagnement des personnes vulnérables: (distribution gratuite, vente à prix modéré, etc.)
Remise gracieuse des peines en faveur de 1 540 détenus pour des motifs humanitaires et pour soulager la congestion des centres de détention provisoire.

Mes chers concitoyens,
Toutes ces mesures sanitaires, économiques et sociales complètent celles prises les 13 et 17 mars 2020.
L’ensemble de ces mesures fait l’objet d’un plan de réponse dont le montant est estimé à 597 milliards FCFA.
J’appelle la solidarité internationale à soutenir la mise en œuvre de ce plan. Cette solidarité est plus que jamais justifiée car l’augmentation de la vitesse des moyens de transport a annulé les distances entre régions du monde et entre pays. Les risques pour la santé, comme le montre le cas du coronavirus d’origine nationale, se sont propagés en quelques semaines à travers le monde. Dans le contexte de la mondialisation, les petites causes peuvent avoir de graves conséquences. L’effet papillon est plus que jamais amplifié. Son battement d’ailes n’importe où peut provoquer des tempêtes et des tornades mondiales. Le COVID-19 nous permet de mieux le comprendre. C’est pourquoi je pense qu’il devrait avoir un avant et un après COVID-19. L’expérience dans laquelle nous vivons nécessite la mise en place d’un nouveau paradigme pour une meilleure gouvernance politique et économique mondiale. Plus de solidarité et plus d’égalité, tel doit être le cri de ralliement, tel doit être le nouveau credo. Nous devons partager à la fois les risques et les avantages de la mondialisation. Je salue les initiatives du G7, du G20, du FMI et de la Banque mondiale, mais nous devons réfléchir à la manière d’aller plus loin, y compris au moins envisager l’annulation de la dette en faveur des pays les moins avancés.

Mes chers concitoyens,
Permettez-moi de rendre hommage au personnel de santé qui, comme nos forces de défense et de sécurité contre le terrorisme, est en première ligne dans la lutte contre le COVID-19. Soutenez-le comme nous soutenons nos FDS. Soutenons-le en changeant nos habitudes et en observant rigoureusement les mesures prises par le Gouvernement, notamment celles relatives aux interactions sociales et à la propreté. Tout autre comportement serait un suicide. Cependant, le suicide est condamné par toutes les religions. “Tu ne tueras pas”, disent les chrétiens, qui considèrent le suicide comme un meurtre. «Et ne te tue pas. Allah est en réalité miséricordieux envers vous. Et quiconque commet cela, par excès et iniquité, nous le jetterons au feu, ce qui est facile pour Allah ». Protéger sa vie et celle des autres est donc un devoir sacré. Toutes les mesures prises sont conformes à nos traditions religieuses. Respectons-les. Nous sommes un peuple résilient qui a connu et surmonté de nombreuses difficultés. Dieu merci, nous vaincrons COVID-19. Que Dieu protège le Niger et le monde.

Je vous remercie



Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici