course au titre, l’après-Eyraud, l’avant-Sampaoli… les enjeux du choc

0
16



C’est LE choc de la 27e journée de Ligue 1. L’OM reçoit l’OL pour un duel toujours électrique entre les deux équipes. Si Lyon a l’obligation de s’imposer pour ne pas être ralenti dans la course au titre, Marseille peut de son côté préparer au mieux “l’après” Eyraud et l’arrivée de Jorge Sampaoli sur le banc.

Un duel toujours électrique

Présent en conférence de presse d’avant-match vendredi, Houssem Aouar ne s’y est pas trompé. Selon le milieu lyonnais, les confrontations entre l’OM et l’OL, “ce sont souvent des matchs très engagés”. Sur les cinq dernières rencontres entre les deux équipes, quatre cartons rouges ont été sortis par les arbitres, tous pour des Marseillais.

Signe que les duels entre Lyon et Marseille sont de plus en plus tendus ces dernières années, sur et en dehors du terrain. La rivalité a pris de l’ampleur lorsque Vincent Labrune, alors président de l’OM, échangeait des piques avec Jean-Michel Aulas, et que le choc OM-PSG perdait de l’intérêt en raison de la supériorité parisienne.

“Il y a beaucoup de concurrence entre les deux équipes. C’est un match que l’on aime jouer. On est impatients de jouer ce genre de matchs”, a confirmé Aouar. La présence de Rudi Garcia, ancien entraîneur de l’OM, dans le camp lyonnais, ajoute du piment à la rencontre. La saison dernière, au Vélodrome, Dimitri Payet avait envoyé un message à son ancien coach en donnant la victoire à l’OM d’un joli doublé. Rudi Garcia et les Lyonnais sont prévenus.

Lyon veut reprendre sa place de dauphin

Aussi importante soit cette rivalité, la priorité de l’OL est ailleurs, comme l’a affirmé Rudi Garcia vendredi en conférence de presse: “Peu importe l’affiche, il faut mettre tous les ingrédients pour gagner. Les joueurs doivent être en mode Ligue des champions. D’ailleurs, c’est pour cela qu’on joue, une qualification en C1.” En réalité, les Lyonnais peuvent viser le titre cette saison.

Mais après la victoire du PSG face à Dijon samedi (4-0), l’OL se retrouve troisième et veut retrouver sa place de dauphin, derrière Lille. Avant le sprint final qui s’annonce, Lyon ne doit donc pas regarder le nom de ses adversaires mais continuer d’avancer en multipliant les victoires. “Il ne faut pas se croire supérieur et continuer à ne pas céder un pouce. Il y a des choses magnifiques à vivre en cette fin de saison. Les joueurs ne doivent pas être dans le calcul mais dans la générosité et l’envie de gagner”, a assuré Rudi Garcia, qui cherche à éviter l’excès de confiance chez ses joueurs.

Après 26 journées, l’OL compte 55 points, son meilleur total à cette époque de la saison depuis l’exercice 2012-2013. Et le club rhodanien n’a plus connu de lutte pour le titre depuis la saison 2014-2015. Tous les matchs sont désormais décisifs pour l’OL, qui se bat avec Lille, le PSG et Monaco pour la première place du classement. Ce match face à Marseille sera l’occasion de se jauger, avant d’affronter ces trois clubs dans les prochaines semaines.

Marseille vise la cinquième place…

Malgré sa mauvaise série – une victoire sur les huit derniers matchs de Ligue 1 – l’OM conserve toutes ses chances de participer à une Coupe d’Europe la saison prochaine. Pour cela, les Marseillais devront assurer la cinquième place, actuellement occupée par le FC Metz.

Nassim Larguet, qui va encore occuper le poste d’entraîneur intérimaire pour quelques jours, l’a d’ailleurs précisé vendredi: “Ce sont des matchs à enjeux pour nous, qui nous permettent de recoller et d’arriver dans les cinq premières places.” En parvenant à s’imposer face au rival lyonnais, l’OM pourrait recoller et aborder les 11 derniers matchs de la saison plus sereinement. Avec, dans la besace, un match en retard à jouer contre Rennes le 10 mars.

“Si on gagne, ça peut être un déclic pour la fin de saison. On a pour objectif d’aller grappiller en haut vers le podium”, a assuré l’ambitieux Pape Gueye vendredi. Alors que l’OM est en convalescence après tous les événements du mois de février qui ont émaillé son actualité, une victoire marseillaise face à l’OL permettrait d’envisager idéalement “l’après”.

… et doit préparer au mieux “l’après”

Exit Jacques-Henri Eyraud, place à Pablo Longoria au poste de président et Jorge Sampaoli à celui d’entraîneur. À partir de la semaine prochaine, l’OM va vivre une petite révolution. Après un mois de février éprouvant – qui a vu les fans de l’OM se rebeller contre le club, André Villas-Boas être mis à pied, la direction du club mettre en demeure les groupes de supporters – Frank McCourt a donc tranché dans le vif.

Le choc contre l’OL dimanche soir va donc faire office de transition. Un dernier match pour “l’ancien OM”, avant que Sampaoli n’imprime sa patte, lui, le disciple de Marcelo Bielsa, qui avait déchaîné les passions à Marseille pendant une saison. L’après concernera le plan sportif, avec notamment le retour dimanche soir d’Arkadiusz Milik.

Mais aussi au niveau interne, avec une nouvelle orientation donnée par le jeune président Longoria. Une nouvelle ère excitante s’ouvre à l’OM. Quoi de mieux, pour l’entamer de la plus belle des manières, que de se payer le rival lyonnais dans le choc de la 27e journée?



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici