Covid-19: réunions politiques autorisées à condition de respecter le port du dossard

0
48


Gouvernement nigérien à faireécidé du levée la mesure de suspension des réunions des partis politiques et autres associations qui a été pris dans le cadre de la lutte contre la pandémieémiette du Covid-19. Cependant, les partis politiques et les associations ont»obligation d’assurer le strict respect des mesures barrièen particulier le port de bavoirs pour tous les participants. Une mesure qui sera difficile à postulez la veille de la campagne éélectoral.

Transfert d'argent Zeyna bis

C’est à la suite d’une communication du ministre de la Santé publique, le Dr Illiassou Idi Mainassara, en conseil des ministres ce vendredi 3 juillet 2020, que le gouvernement a décidé de lever la mesure de suspension des réunions des partis politiques et autres associations, “Sous réserve du respect des mesures de barrière, en particulier le port de bavettes”.

Le gouvernement avait déjà autorisé la tenue de réunions politiques et pour d’autres associations, mais les rassemblements et autres activités de masse restent suspendus. Il reste à voir comment le gouvernement veillera au respect de ces mesures, notamment à la veille de la campagne électorale en prélude aux différentes élections fin 2020 et début 2021. Par ailleurs, l’état d’urgence sanitaire est toujours en vigueur dans le pays, cela peut servir de prétexte à certaines autorités pour interdire certaines manifestations publiques comme c’est le cas récemment à Niamey où le président de la délégation spéciale a utilisé cette mesure pour interdire une marche prévue par la Fédération des syndicats des écoles secondaires, professionnelles et éducation technique.

Port obligatoire des dossards

Selon le gouvernement, “La situation épidémiologique de la pandémie liée au COVID-19 évolue favorablement au Niger avec un coefficient de transmission (Ro) de 0,239”. Dans sa communication, le ministre de la Santé a noté certaines des préoccupations et des défis identifiés dans la lutte contre la pandémie. Il s’agit notamment, le déni de la maladie; la stigmatisation des patients atteints de COVID-19; respect insuffisant des mesures de barrière (port d’un masque, fermeture des frontières, distance physique); le rapatriement des Nigériens de l’étranger et la circulation continue du virus dans de nombreux pays.

Le gouvernement a annoncé une série de mesures, notamment en ce qui concerne le port du dossard, rappelant qu’elle est obligatoire pour tous les enseignants, élèves et étudiants des établissements d’enseignement. Les autorités ont également décidé d’étendre les dossards gratuits dans les écoles aux établissements privés. En outre, le gouvernement a insisté sur le strict respect du port des dossards par les agents et les utilisateurs dans les administrations publiques et privées.

Selon les chiffres officiels, au 2 juillet 2020, 7 537 personnes ont été testées, dont 1 081 ont été confirmées positives, dont 54 patients étaient en traitement, 959 ont été guéris et 68 sont décédés. Au total, 13 058 personnes ont été confinées, 12 476 personnes sont parties et 582 personnes sont en cours, selon le gouvernement, qui annonce également la désinfection de 1 051 résidences (traitement des maisons des sujets affectés); la destruction de 1 800 colis de déchets; désinfection continue et continue des ambulances et des véhicules d’intervention, ainsi que des classes et des lieux de culte. De plus, depuis la fermeture des aéroports, 2 977 contrôles de température ont été effectués sur les passagers.

Ikali (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici