dans la zone verte, 150 000 élèves de 6e et 5e années retournent au collège

0
88



Publié le: Modifié:

La France franchit une nouvelle étape dans sa déconfinement en ouvrant la porte à 4 000 lycées situés en zone verte. Les élèves vivant dans la zone rouge devront attendre la fin du mois pour savoir s’ils retourneront en classe.

Nouvelle étape de déconfinement en France, c’est au tour des collégiens de 6e et 5e de retrouver les classes abandonnées mi-mars. Après le grand bol d’air du premier week-end, ces étudiants ne poursuivent leur chemin vers leur établissement que lundi dans les régions les moins touchées par l’épidémie, toujours surveillées de peur d’une deuxième vague.

Alors que les étudiants et les enseignants mettent leur masque dans quelque 4 000 collèges situés dans la “zone verte”, le gouvernement devra trancher la question épineuse du deuxième tour des élections municipales dans le but de révéler la date dans les prochains jours.

>> Lire aussi: “Déconfinement scolaire: les enseignants s’adaptent mais s’émerveillent”

“Réinventer une nouvelle école”

Après le retour en classe la semaine dernière de 1,4 million d’écoliers à travers le pays, la déconfinement au collège coupera cette fois la France en deux: rien ne changera lundi pour les collégiens des quatre régions de la “zone rouge” “, dont l’Île -de-France, qui devra attendre la fin du mois pour savoir s’ils retourneront en classe.

Pour leurs camarades de la «zone verte», la rentrée aura lieu avec des pas comptés – 150 000 élèves seulement lundi – et en respectant des règles sanitaires draconiennes comme le port obligatoire d’un masque pour éviter tout rebond dans le épidémie qui a fait plus de 28 000 morts en France depuis le 1euh Mars.

“On réorganise les salles de classe, on enlève les meubles pour respecter les distanciations du protocole de santé, on colle le scotch au sol … On réinvente une nouvelle école dans un délai extrêmement court”, a confié récemment à l’AFP Audrey Chanonat, directrice d’un collège à La Rochelle.

“Pas de visibilité sur la reprise des plus grands”

Malgré les réserves, le gouvernement continue de défendre ce redémarrage pour renouer avec les étudiants qui ont abandonné pendant les 55 jours de détention. “Ne pas aller à l’école de mars à septembre (ce serait) quelque chose de vraiment grave”, insiste le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer.

Certains dans la «zone verte», cependant, critiquent le flou entourant le début des étudiants de 4e et 3e année. “Il n’y a pas de visibilité sur la reprise des plus grands”, déplore le président de l’agglomération lyonnaise, David Kimelfeld.

Les résurgences de l’épidémie peuvent également s’emparer de la machine. À Soyaux et à La Couronne, en banlieue d’Angoulême, les écoles ont été fermées à nouveau après des cas de Covid-19 parmi deux membres de l’équipe. Même décision pour une école de Nice après qu’un élève ait été testé positif.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici