décès de Denis Goldberg, compagnon de combat de Nelson Mandela

0
69



Publié le: Modifié:

Figure de la lutte contre l’apartheid, Denis Goldberg est décédé mercredi à l’âge de 87 ans. Engagé contre le régime raciste en Afrique du Sud, il a été détenu pendant vingt-deux ans après avoir été condamné, aux côtés de Nelson Mandela, au procès de Rivonia.

Denis Goldberg, l’une des figures de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud et compagnon de voyage et captif de Nelson Mandela, est décédé à l’âge de 87 ans, a annoncé, jeudi 30 avril, sa famille et la fondation qui porte son nom.

“Denis Goldberg est décédé peu avant minuit le mercredi 29 avril 2020 (…) il a consacré sa vie à la lutte pour la liberté en Afrique du Sud”, a écrit la fondation dans un communiqué de presse.

En prison depuis 22 ans

Né de parents communistes au Cap en 1933, le jeune ingénieur rejoint la branche armée de l’African National Congress (ANC) au début des années 1960, à la pointe de la lutte contre le régime raciste blanc au pouvoir en Afrique du Sud.

Il a été arrêté la même année pour avoir soutenu des grévistes dans les cantons – quartiers pauvres réservés aux non-blancs – à la suite du massacre de Sharpeville, puis a rejoint l’Umkhonto we Sizwe (MK) en tant qu’ingénieur. branche secrète des forces armées de l’ANC.

En raison de ses activités avec le député, il a de nouveau été arrêté en 1963 avec une poignée de chefs célèbres de la cause noire, dont Walter Sisulu, Govan Mbeki et Andrew Mlangeni, et a été condamné à la réclusion à perpétuité un an plus tard. côtés de Nelson Mandela lors du célèbre procès dit de Rivonia.

>> Voir aussi: “Le procès de Rivonia a permis à Mandela d’établir sa stature en Afrique du Sud”

Seul homme blanc à comparaître, il est séparé de ses compagnons, incarcéré sur l’île-prison de Robben Island, et détenu depuis 22 ans dans un pénitencier de la capitale, Pretoria.

Après sa libération en 1985, Denis Goldberg s’est exilé à Londres avec sa famille, reprenant son travail pour l’ANC jusqu’à l’abolition du régime d’apartheid en 1994. Ce n’est qu’en 2002 qu’il est retourné vivre en Afrique du Sud.

“Il y a encore un long chemin à parcourir”

Honoré à Londres en 2016 de son compagnon de lutte Ahmed Kathrada, Denis Goldberg a regretté que son pays reste déchiré par les tensions raciales, un quart de siècle après les premières élections libres de son histoire en 1994.

“La ségrégation raciale a été imprimée dans l’esprit de tous les Sud-Africains”, a-t-il dit, “il y a encore un long chemin à parcourir”.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici