Depuis la chute de Saddam Hussein, l’Irak sous une double influence

0
36



Publié le: Modifié:

Au printemps 2003, le régime de Saddam Hussein est tombé. L’Irak devait alors se reconstruire, avec la présence des forces américaines qui avaient mis fin à la dictature. Mais après le départ de ce dernier, en 2010-2011, l’Etat irakien n’a jamais réussi à s’affirmer, laissant le pays devenir une zone d’influence concurrente entre les Etats-Unis et l’Iran voisin. Retour sur près de 20 ans d’histoire irakienne, sous la double domination américaine et iranienne.

Il y a dix ans, en août 2010, les forces américaines ont commencé à se retirer d’Irak après sept ans d’occupation, à la suite de la guerre menée par la coalition internationale qui a renversé la dictature de Saddam Hussein. en mars 2003. Ce devait être la libération effective de l’Irak.

L’échiquier irakien

Mais le désengagement de l’administration Obama de l’Irak a effectivement laissé le champ libre à l’Iran et à ses partisans chiites dans un pays divisé qui ressemble maintenant à un grand échiquier. Américains, sunnites et chiites y déplacent leurs pions, mais aussi les fondamentalistes de l’organisation État islamique (EI), qui est devenue un danger qui menace toute la région.

Les Américains sont retournés en Irak, indirectement, en 2014, sous la bannière de la coalition internationale contre l’Etat islamique.

>> À lire aussi: Au cœur de la révolte irakienne

Dans ce contexte de nouvelle guerre froide, la population s’exprime dans la rue. Les jeunes Irakiens militent depuis octobre 2019 en faveur d’un nouveau pacte citoyen irakien, rejetant toutes les formes de confessionnalisme et d’ingérence étrangère et exigeant une vie digne, des libertés individuelles et une «libération» effective de l’Irak.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici