des millions d’Africains “pourraient tomber dans l’extrême pauvreté”, craint l’ONU

0
64



Publié le: Modifié:

Dans un communiqué publié mercredi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré qu’il craignait que la pandémie de Covid-19 n’aggrave les “inégalités existantes” et exacerbe “la faim, la malnutrition et la vulnérabilité” en Afrique.

Si l’Afrique réagit rapidement à la pandémie de Covid-19, la pauvreté et la malnutrition menacent le continent. Des millions de personnes “pourraient tomber dans l’extrême pauvreté” avec la pandémie, a alerté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué publié mercredi 20 mai. Il a également appelé à une “solidarité internationale” accrue avec ce continent.

“La pandémie menace les progrès réalisés en Afrique. Elle aggravera les inégalités existantes et augmentera la faim, la malnutrition et la vulnérabilité à la maladie”, a-t-il ajouté.

>> Voir notre interview: “Antonio Guterres: avec le coronavirus,” nous risquons des millions de morts en Afrique “”

Une pandémie “à ses balbutiements”

Antonio Guterres a reconnu que “jusqu’à présent, le nombre de cas signalés est inférieur aux prévisions”. “Le virus a tué plus de 2 500 personnes en Afrique”, note-t-il cependant. Selon lui, la pandémie n’est “qu’à ses débuts” en Afrique, où “les troubles pourraient s’intensifier rapidement”.

Selon lui, “les pays africains doivent avoir le même accès rapide, équitable et abordable à tout futur vaccin et traitement, qui doit être considéré comme un bien public mondial”.

“Il est impératif de faire preuve de solidarité mondiale avec l’Afrique – aujourd’hui et de mieux récupérer. Il est essentiel de mettre fin à la pandémie en Afrique, de la mettre fin au monde”, insiste-t-il.

“Renforcer les systèmes de santé”

Dans ses recommandations, Antonio Guterres appelle à “une mobilisation internationale pour renforcer les systèmes de santé en Afrique, maintenir les chaînes d’approvisionnement alimentaire, éviter une crise financière”.

Il faut également, a-t-il dit, “soutenir l’éducation, protéger les emplois, maintenir les ménages et les entreprises à flot et protéger le continent contre la perte de revenus et de recettes d’exportation”.

Le secrétaire général considère qu’il est essentiel de fournir à l’Afrique “plus de 200 milliards de dollars de soutien supplémentaire de la communauté internationale”.

Il rappelle également “plaider en faveur d’un cadre global de la dette, à commencer par un gel général de la dette des pays qui ne peuvent en assurer le service”.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici