Des semences et des aliments pour bétail vendus à des prix modérés aux agriculteurs et aux éleveurs – Le Sahel

0
22


Partager c’est aimer!

Le secrétaire général du gouvernorat de Maradi, M. Sani Sanoussi a procédé samedi dernier le 11 juillet à Guidan Roumdji, au lancement des activités agricoles d’urgence et de réponse au maillage pastoral des projets de la FAO dans la région de Maradi. Il s’agit notamment de la distribution de graines de mil et de niébé améliorées et à haut rendement; distribution de semences de maïs et de légumes pour les cultures irriguées; distribution d’aliments pour le bétail à base de son de blé et d’engraissement pour ovins et bovins.

La FAO, avec le soutien de ses partenaires, lance en juillet 2020 plusieurs projets pour permettre aux agriculteurs et aux éleveurs de poursuivre leurs activités de production pendant la campagne agricole et pastorale 2020. Pour la région de Maradi, il s’agit du projet Appui à la préservation des moyens de subsistance des ménages ruraux vulnérables dans les situations d’urgence »financé par les fonds du CERF des Nations Unies et du projet« Appui d’urgence aux ménages vulnérables touchés par les inondations, le fourrage et déficit céréalier et crise sécuritaire au Niger en 2019 »financé par la FAO.

L’activité de Guidan Roumdji marque le début de l’opération de vente d’aliments pour bétail à un prix relativement subventionné. Il s’agit de la vente de son de blé à 4 000 FCFA par sac, alors qu’actuellement sur le marché son prix est de 9 000 à 9 500 FCFA. Le secrétaire général du gouvernorat de Maradi a déclaré à cette occasion que ces actions se déroulent dans un contexte où la région est confrontée à des défis limitant les populations pour augmenter leur production agricole et pastorale. “Dans cette optique, l’Etat et ses partenaires sont déjà engagés dans des actions visant à créer les conditions d’un développement agricole durable dans cette région au potentiel riche”, a-t-il déclaré. M. Sani Sanoussi a également souligné que ces activités aideront des milliers de personnes qui luttent pour obtenir des intrants agricoles et pastoraux de qualité. Il s’est réjoui de voir que ces interventions de la FAO correspondent parfaitement aux objectifs de l’initiative des Nigériens Nourrir les nigeriens prise par le Président de la République. Enfin, il a demandé à tous les acteurs et acteurs concernés de soutenir cette initiative.

Le chef du bureau auxiliaire de la FAO à Maradi, M. Adamou Mahamane, a rappelé qu’en vertu de son mandat, la FAO fournit toujours un soutien au gouvernement nigérien dans ses multiples efforts pour aider les populations vulnérables dans les moments particulièrement difficiles tels que les inondations, les sécheresses, les chocs et autres crises diverses pour leur permettre de surmonter les difficultés et de renforcer leur résilience. Il a indiqué que son institution met en œuvre dans la région de Maradi plusieurs projets dans les domaines des urgences, de la résilience et du développement rural pour aider à atteindre l’objectif de la faim zéro d’ici 2030. M. Adamou Mahamane a indiqué que la FAO avait fabriqué 60 tonnes de mil semences, 33 tonnes de semences de maïs et 30 tonnes de niébé mises à la disposition des municipalités de Chadakori, Sabon Machi, Dan Goulbi, Birnin Lallé et Tchadoua au profit de plus de 6 500 ménages d’agriculteurs vulnérables. Au niveau pastoral, 340 tonnes d’aliments pour animaux sont livrées aux communes de Guidan Roumdji, Bermo, Gadabeiji, Azagor et Madarounfa, affectant plus de 2500 ménages pastoraux, avec un financement du fonds CERF / ONU et de la FAO. . Enfin, il a remercié le gouvernement du Niger pour son soutien continu à la FAO.

Cette vente à bas prix d’aliments pour le bétail est sans aucun doute un réservoir d’oxygène pour les bénéficiaires qui, il y a quelques jours, ne savaient plus où se tourner. Pour l’un d’entre eux, M. Saidou Ada, cette activité est très opportune car elle arrive à un moment difficile pour eux et leur bétail. «Nous nous approvisionnons sur le marché où nous sommes confrontés à toutes sortes de spéculations. Nous achetons le sac à 9500 FCFA et aujourd’hui je viens de le payer à 4000 f. Nous ne pouvons que nous réjouir car cette action nous permettra de traverser cette période de soudure sans trop de difficultés », a-t-il expliqué. Pour Mme Habsou Idi, cette opération est économisante. “De nombreux agriculteurs bénéficieront à coup sûr de cette opération. J’attire l’attention de certaines femmes sur le fait de ne pas revendre cet aliment pour animaux à des spéculateurs qui le rendront au marché. C’est une aubaine, il va falloir en profiter”, a-t-elle expliqué. averti.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici