Donald Trump promet une réponse à Pékin

0
70



Publié le: Modifié:

Mécontent de la loi sur la sécurité nationale que la Chine veut imposer à Hong Kong, le président américain a déclaré mardi qu’une réponse serait annoncée avant la fin de la semaine.

Donald Trump menaçait à nouveau Pékin le mardi 26 mai. Sans entrer dans les détails, le président a déclaré qu’il se préparait à prendre des mesures contre la Chine cette semaine en raison du désir de la Chine d’imposer une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

Interrogé sur la possibilité de sanctions contre des responsables chinois – comme demandé par les parlementaires américains -, Donald Trump a assuré qu’il préparait “quelque chose en ce moment”. “Vous le trouverez intéressant. Mais je n’en parlerai pas aujourd’hui”, a déclaré Donald Trump. “Vous en entendrez (…) avant la fin de la semaine – quelque chose de fort”, a-t-il poursuivi.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole de la Maison Blanche a déclaré que le président n’était pas satisfait du projet de loi de Pékin. Donald Trump voit à peine “comment Hong Kong peut rester un centre financier si la Chine prend le contrôle”, a déclaré Kayleigh McEnany aux journalistes.

Mépris de l’hymne chinois

Ce dossier a encore détérioré les relations entre les deux premières puissances mondiales, déjà poussées à l’extrême en ce qui concerne la gestion du coronavirus.

Le gouvernement central chinois a déposé vendredi au Parlement un texte très controversé visant à interdire “la trahison, la sécession, la sédition et la subversion” à Hong Kong, qui a de nouveau mis le feu aux poudres dans la région semi-autonome. Il doit être examiné jeudi et Pékin a demandé son application “sans délai”.

La réponse de Pékin après des mois de manifestations massives et souvent violentes en 2019 à Hong Kong, c’est aussi une réponse à l’incapacité des autorités locales à adopter ce texte qui avait déjà soulevé des protestations par le passé.

De nombreux Hongkongais y voient la violation la plus grave du principe “un pays, deux systèmes” qui est censé leur garantir jusqu’en 2047 des libertés inconnues ailleurs en Chine. Une préoccupation partagée par certaines capitales occidentales et investisseurs étrangers, comme l’illustre vendredi le décrochage le plus fort de la Bourse de Hong Kong en cinq ans.

Mercredi, le parlement local doit examiner un autre projet de loi criminalisant le mépris de l’hymne chinois. La police a déjà renforcé les mesures de protection autour de ce complexe qui était, en juin, le point de départ du différend.

Avec Reuters et AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici