Échanges sur des thèmes d’intérêt commun – Le Sahel

0
46


Partager c’est aimer!

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’étranger, M. Kalla Ankouraou, et l’ambassadeur, chef de délégation de l’Union européenne, Dr Denisa Elena Ionete, ont coprésidé hier après-midi, à Niamey, la session des dialogue entre le Niger et l’Union européenne pour l’année 2020. Cette session se déroule dans un contexte socio-politique et économique du Niger marqué par la crise pandémique des coronavirus ou COVID 19; les diverses menaces à la sécurité et la préparation des prochaines consultations générales. L’ouverture de cette session s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement et des ambassadeurs de certains pays membres de l’Union européenne accrédités au Niger.

En introduisant cette session, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’étranger, M. Kalla Ankouraou, a rappelé que la dernière réunion du dialogue politique remonte au 3 octobre 2019 lorsque les deux parties avaient fait le point sur certains thèmes d’intérêt commun. Parmi ces thèmes, on peut citer l’organisation des élections générales avec un accent sur les inscriptions biométriques, dont les opérations venaient de démarrer. Nous notons aujourd’hui avec fierté que les inscriptions ont pris fin et que tous les Nigériens, à l’exception de ceux de la diaspora pour l’instant, auront leur carte d’électeur biométrique, au moins un mois avant la date prévue pour les prochaines élections. Dans l’intervalle, nous ferons auditer le dossier par des organisations internationales, l’une des meilleures preuves de notre volonté d’organiser des élections transparentes et incontestables ”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères. Le deuxième thème s’est concentré, lors de ce dialogue, sur la situation sécuritaire au niveau national et dans la zone du G 5 Sahel, dont la détérioration était déjà perceptible et qui était une préoccupation majeure pour les Etats membres de cette organisation. Malheureusement, cette situation continue de se détériorer et les groupes terroristes ont pris de plus en plus de contrôle sur les armées nationales de la région du G 5 Sahel, notamment au cours du 4ème trimestre 2019. Heureusement, a déclaré le ministre Kalla Ankouraou, ” la situation s’est nettement améliorée après le sommet France-G 5 Sahel à Pau tenu le 13 janvier 2020. Aujourd’hui, les terroristes ont perdu l’initiative et abandonné plusieurs de leurs bases. Il faut, lors de cette rencontre, apprécier ce succès et définir les conditions de son amplification à court et moyen terme. Pour ce faire, nous avons de bonnes références, notamment à travers les conclusions du sommet France / G 5 Sahel du 30 juin 2020 à Nouakchott en Mauritanie ». En outre, le ministre des Affaires étrangères devait rappeler à la partie Union européenne que cette session se tiendra également après l’expiration de l’accord de Cotonou le 15 février. Cela signifie que cette session offre aux deux parties la possibilité de reprendre les négociations à la conclusion d’un nouvel accord pour régir le partenariat entre l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP). d’une part et l’Union européenne et ses États membres d’autre part, la pré-programmation post-2020 et les perspectives de partenariat entre le Niger et l’Union européenne pour les années à venir.

Pour sa part, la coprésidente de cette session, Mme Denisa Elena Ionete, ambassadrice, chef de délégation de l’Union européenne, a souligné que le dialogue est le fondement des accords de Cotonou et en particulier du dialogue politique. Ce dernier est un processus continu. Au Niger, a déclaré l’Ambassadeur Denisa Elena Ionete, “Nous avons l’immense avantage d’un partenariat qui est fondamentalement basé sur des échanges à tous les niveaux. Malgré le coronavirus ou la pandémie COVID 19 qui a contraint le monde à imposer de nombreuses restrictions, des contacts au plus haut niveau politique entre l’Union européenne et le Niger ne se sont pas arrêtés.

Hassane Daouda (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici