Économie: selon le FMI, le Niger pourrait être la deuxième économie africaine à résister à la crise de Covid-19

0
86



Selon le Fonds monétaire international (FMI), cinq pays africains pourraient faire preuve d’une certaine résilience face à la crise économique mondiale causée par la pandémie de coronavirus. Parmi ces pays se trouve le Niger, qui arrive en deuxième position juste derrière la Côte d’Ivoire et dont la croissance pourrait rebondir à 8,1% l’an prochain si le Covid-19 est maîtrisé en 2020.

De bonnes perspectives pour l’économie nigériane en ces temps de crise provoquée par la pandémie de Covid-19, dont le choc n’épargne aucun pays. Malgré les effets de cette crise, qui se traduira par une récession pour la plupart des pays, certains pays pourraient faire preuve d’une certaine résilience et même augmenter leur taux de croissance dès l’année prochaine si la pandémie est maîtrisée cette année. C’est ce que prédit le FMI dans sa dernière projection sur les perspectives de l’économie mondiale et principalement pour les pays d’Afrique subsaharienne. Selon le Fonds, si la pandémie de Covid-19 prend fin en 2020 et que l’année suivante est celle qui suit Covid-19, ces pays résisteront et connaîtront un taux de croissance très dynamique. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, du Niger, de la République des Seychelles, de la Guinée Conakry et du Botswana, respectivement.

Selon le rapport du FMI, la Côte d’Ivoire sera le premier pays africain à faire preuve de résilience avec un taux de croissance de 8,7% en 2021, suivi du Niger avec 8,1%, puis des Seychelles, 8% et enfin de la Guinée avec 7,6% et du Botswana avec 6,8%. Selon les projections de l’institution Breton Wood, ces belles perspectives s’expliquent par une atténuation des chocs sur la croissance du PIB de ces pays qui est principalement tirée par le secteur primaire en particulier l’agriculture ainsi que par des investissements massifs dans certains secteurs. comme les infrastructures. Selon le FMI, malgré cette bonne dynamique conditionnée par la fin de la pandémie de coronavirus, les effets de la récession se feront sentir dans d’autres secteurs tels que le tourisme, le commerce et les transports. Secteurs qui contribuent relativement peu à l’économie nigériane qui bénéficie d’un bon investissement dans les infrastructures, notamment l’énergie et les ressources naturelles. Malgré cette dynamique prometteuse, le FMI prévient toutefois que la pandémie de Covid-19 aura également des effets négatifs sur le développement de la dette publique dans ces pays. Ainsi, la dette publique de la Côte d’Ivoire sera de 31,5 milliards de dollars en 2020 et 30,8 milliards de dollars en 2021. Pour le Niger, elle se situera entre 29,3 milliards et 28,6 milliards de dollars sur la période 2020/2021.

A.Y.B (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici