Écoutes téléphoniques: après ses propos polémiques à l’Assemblée, le ministre Marou Amadou tente de changer d’avis

0
95


Le ministre de la Justice Marou Amadou est revenu sur ses déclarations à l’Assemblée nationale le samedi 30 mai, qui ont alimenté la controverse dans l’opinion publique depuis lors. Bien que le gardien des sceaux ait clairement indiqué que l’écoute électronique est déjà une pratique dans le pays, en dehors de tout cadre juridique, il a expliqué à RFI que ces remarques avaient été prises hors contexte.

Transfert d'argent Zeyna bis

“Mes paroles ont été sorties de leur contexte”, Le ministre de la Justice Marou Amadou s’est défendu sur RFI, deux jours après ses propos polémiques devant les députés. Samedi dernier, lors de l’examen et du vote du projet de loi sur l’interception de certaines communications par voie électronique, le ministre Marou Amadou a répondu aux inquiétudes des députés de l’opposition. “Vous craignez d’être entendu. Vous l’êtes depuis, et vous l’êtes toujours. Maintenant, cela va être organisé”a lancé le ministre de la Justice de la tribune de l’Assemblée nationale. Remarques qui ont provoqué une vive controverse dans l’avis

Mea culpa

Lundi, l’ancien acteur de la société civile a expliqué à la radio française que ses propos étaient sortis de leur contexte. ” Je dis que l’écoute est consubstantielle à tout royaume ou état organisé. Avant les télécommunications, les gens étaient écoutés derrière leurs maisons et dénoncés au prince “, A-t-il ajouté, ajoutant qu’avec cette loi, “La situation sera plus conforme car il y aura désormais un organe de contrôle”.

Un mea-culpa qui aura du mal à convaincre à la lumière de la polémique suscitée par les propos du ministre de la Justice. En plus de ce qui, pour de nombreux observateurs, est un «aveu» d’une pratique interdite par la Constitution, les propos du ministre aux députés ont été jugés “Arrogant” par plusieurs commentaires qui sont basés sur la vidéo du passage du ministre Marou au Parlement, qui a depuis été largement relayée sur les réseaux sociaux.

Ikali (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici