Elections: la CENI propose un report des sections locales pour le 17 janvier 2021 et des législatives partielles pour la diaspora

0
115


Impossible d’organiser des élections locales le 1euh En novembre prochain comme prévu dans son calendrier initial, la CENI a proposé le report du scrutin pour le 17 janvier 2021, c’est-à-dire entre les deux tours de l’élection présidentielle. Un report qui ne satisfait pas une grande partie de la classe politique qui insiste pour que le local, reporté depuis 2016, se tienne avant les élections législatives et présidentielles.

Transfert d'argent Zeyna bis

C’était à prévoir! Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Issaka Sounna, a annoncé une nouvelle date pour la tenue des élections locales. Dans son intervention sur l’évolution du processus électoral, ce vendredi 3 juillet lors de la session extraordinaire du Conseil national du dialogue politique (CNDP), le président de la CENI a annoncé la date du 17 janvier pour l’élection des élus locaux. Une date qui tient compte, selon Me Sounna, des dispositions du code général des collectivités locales au Niger et du code électoral. Dans un premier temps, la CENI avait prévu la tenue d’élections locales, attendues depuis 2016 mais constamment reportées, pour le 1euh Novembre 2020. Cependant, le président de la CENI avait déjà annoncé, lors de l’avant-dernière réunion du CNDP du vendredi 12 juin, qu’en raison des difficultés rencontrées lors de l’inscription des électeurs, principalement en raison de l’insécurité et de la pandémie de Covid-19, le le dossier électoral biométrique ne sera pas disponible le 19 août, selon le calendrier initial. Cela entraînera un retard dans l’organisation des élections pour les sections locales puisque la liste électorale ne sera disponible que le 3 septembre.

Désaccord

Cette annonce du président de la CENI a provoqué un certain tollé parmi les partis membres majoritaires et les non-affiliés qui participent au dialogue politique, en l’absence de l’opposition qui continue de boycotter les sessions du CNDP ainsi que la commission électorale. Cependant, l’opposition politique a déjà déclaré dans un communiqué public qu’elle s’oppose catégoriquement à tout report des élections locales. Une position qui est principalement partagée par les partis politiques participant au dialogue politique comme en témoignent les positions affichées par eux lors de cette session du vendredi 3 juillet, qui s’est déroulée sous la présidence du Premier ministre, Brigi Rafini, président de la CNDP. Des différentes interventions, il ressort que la grande majorité des partis politiques souhaitent que les élections locales aient lieu avant les élections législatives et présidentielles. Le législatif, pour rappel, est prévu pour le 27 décembre 2020 couplé à 1euh tour présidentiel dont le deuxième tour est prévu le 20 février 2021.

La question de la tenue d’élections locales constitue donc un nouveau hoquet qui risque d’ajouter un problème majeur au dialogue politique et au processus électoral en cours. Il faudra une date qui fasse consensus et qui prenne en compte les enjeux mais aussi les réalités pour que les locaux partent dans de bonnes conditions. Tel est le défi du président du CNDP, au risque de provoquer une nouvelle opposition majoritaire. Les prochains jours nous édifieront sur l’alternative qui permettra de faire face à cette équation épineuse car il est inutile de vouloir organiser un vote bon marché et de semer les graines d’une probable crise postélectorale.

Par ailleurs, toujours en préparation des élections, le président de la CENI a annoncé une reprise de l’inscription biométrique des Nigériens de la diaspora dès que les conditions le permettront. La CENI organisera ensuite des élections législatives partielles pour l’élection des 5 députés de la diaspora à l’Assemblée nationale.

A.Y.B (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici