Elections: reprise des inscriptions biométriques dans certaines localités de Tillabéri et Tahoua

0
73



Dans un communiqué, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), M. Issaka Sounna, a annoncé la reprise des opérations d’inscription biométrique dans certaines communes des régions de Tillabéri et Tahoua. Ce sont des localités où les opérations ont été interrompues en janvier dernier pour des raisons de sécurité.

Selon le communiqué de presse du président de la CENI, la reprise des opérations d’inscription biométrique a commencé le 6 mai 2020. Elle concernera les communes de Makalondi, Torodi, Inatès, Diagourou, Tondikiwindi, Banibangou, Gourouol et Abala dans la région de Tillabéri, et que de Tillia dans la région de Tahoua. ” Le président de la CENI invite les chefs des administrations locales concernées, les chefs coutumiers, les chefs religieux, les partis politiques, les associations de la société civile et les médias à se mobiliser massivement pour soutenir cette importante opération civique “Lit le communiqué de presse dans lequel le président de la CENI a également appelé les populations de ces communes à “Une mobilisation massive pour exercer leur droit constitutionnel”.

Insécurité et coronavirus

Les opérations d’inscription biométrique pour la préparation du registre électoral ont été suspendues dans ces communes le 14 janvier 2020 en raison de la situation sécuritaire dans la région qui a été marquée par plusieurs attentats terroristes. Plusieurs jours auparavant, plusieurs villages et positions de l’armée avaient été attaqués et le 25 décembre, une mission d’agents électoraux a même été la cible d’une attaque dans la région de Sanam, dans le département d’Abala.

La reprise de ces opérations intervient au milieu d’une controverse sur la poursuite des opérations d’enrôlement biométrique au milieu de la pandémie de Covid-19 et lorsque l’ensemble du pays a été placé dans un état d’urgence sanitaire par le gouvernement. Par ailleurs, la situation sécuritaire reste précaire dans les régions concernées. L’état d’urgence règne toujours et certaines attaques ont été signalées ces derniers jours malgré l’important dispositif militaire qui a été déployé dans la zone frontalière du Mali et du Burkina où des groupes terroristes sont toujours actifs.

Ikali (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici