en Haïti, la Cour des comptes écrase le pouvoir

0
101



Publié le:

La Cour des comptes haïtienne a épinglé lundi la calamiteuse gestion, par les différents gouvernements qui se sont succédés depuis 2008, des fonds PetroCaribe, ces centaines de millions de dollars d’aide offerts par Caracas. Les projets lancés à travers ce programme ont ignoré les principes de base de la gestion des fonds publics, dénonce l’institution.

La Cour supérieure des comptes d’Haïti déplore, dans un nouveau rapport publié lundi 17 août, la gestion frauduleuse et souvent illégale, par les différents ministères et administrations, de centaines de millions de dollars d’aide offerts par le Venezuela entre 2008 et 2016.

Projets initiés sans évaluation des besoins ni même estimation des coûts, violations répétées des normes des marchés publics: sur plus de 1 000 pages, les juges n’épargnent aucune institution.

“Les projets d’investissement et les contrats liés au fonds PetroCaribe n’ont pas été gérés dans le respect des principes d’efficacité et d’économie”, accuse la Cour des comptes.

Six gouvernements depuis 2008

Mis en place à l’initiative de l’ancien président Hugo Chavez, ce programme a permis à plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes de bénéficier de prêts du Venezuela dans le cadre d’un mécanisme de livraison de pétrole à des conditions préférentielles.

Les six gouvernements haïtiens qui ont réussi depuis 2008 ont lancé des projets d’une valeur de près de deux milliards de dollars sans, le plus souvent, se soucier des principes de base de la gestion des fonds publics, accuse l’audit.

La Cour des comptes haïtienne dénonce également le manque de coopération des institutions, qui a empêché son travail d’enquête. Par exemple, les juges n’ont pu retracer un seul contrat pour la construction d’un parc industriel et de 1 500 maisons à la périphérie de Port-au-Prince: qui était le projet public de développement urbain le plus ambitieux initié. suite au tremblement de terre de 2010 arrêté en 2014.

Aucune poursuite

Plus de 46 millions de dollars ont cependant été versés à une seule société, Constructora ROFI S.A., qui appartient au sénateur dominicain Félix Bautista, sanctionnée pour corruption par le Trésor américain en juin 2018.

Dans leur précédent rapport sur le fonds PetroCaribe, les juges avaient épinglé l’actuel président de la République Jovenel Moïse, accusé d’avoir été au cœur d’un «stratagème de détournement de fonds» avant de prendre ses fonctions.

Contre les recommandations de la Cour des comptes et malgré les manifestations populaires organisées depuis 2018, la justice haïtienne n’a pas encore poursuivi les dizaines d’anciens ministres et hauts dirigeants impliqués dans le scandale PetroCaribe.

Avec l’AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici