En Mauritanie, le Premier ministre présente la démission de son gouvernement

0
23



Publié le: Modifié:

Le Premier ministre mauritanien Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya a présenté jeudi la démission de son gouvernement au président de la République. Cette décision intervient à un moment où une enquête parlementaire a été menée pour des délits de corruption visant plusieurs ministres.

Un an après sa nomination, le Premier ministre mauritanien, Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, a présenté, jeudi 6 août, la démission de son gouvernement. Il intervient au lendemain de la soumission à la justice du rapport d’une commission parlementaire sur la gestion de son prédécesseur, qui impliquerait plusieurs ministres.

Le président de la République, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, au pouvoir depuis août 2019, “a reçu ce matin Ismaïl Ould Cheikh Sidiya, qui lui a présenté la démission de son gouvernement”, a indiqué l’Agence mauritanienne d’information (AMI).

Mohamed Ould Bilal nommé nouveau Premier ministre

Avant d’être nommé Premier ministre en août 2019, Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya avait été, entre 2009 et 2014, ministre du Logement et de l’Emploi. Il avait également été président de la zone franche de Nouadhibou (nord-ouest) et était un cadre de l’Union pour la République (UPR), le parti fondé par l’ex-président Aziz et repris par son successeur.

Suite à cette démission, le chef de l’Etat a nommé Mohamed Ould Bilal pour lui succéder et “l’a accusé de former un gouvernement”, a déclaré à l’AFP une source officielle à la présidence mauritanienne.

Jusqu’à présent conseiller au cabinet du Premier ministre, aux services du Premier ministre, le nouveau chef du gouvernement avait été à plusieurs reprises ministre sous l’ancien président civil Sidi Ould Cheikh Abdallahi, destitué en 2008 par un putsch dirigé par Mohamed Ould Abdel Aziz.

Mohamed Ould Bilal est issu de la communauté Haratine (descendants d’esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture).

Rapport d’une commission d’enquête parlementaire

Ce remaniement, dont les raisons n’ont pas été officiellement expliquées, intervient au lendemain de la transmission à la justice du rapport d’une commission parlementaire d’enquête sur la gestion de l’ancien président Aziz. Une enquête pour faits de corruption qui semble impliquer plusieurs ministres.

Parmi ces dossiers figurent la gestion des revenus pétroliers, la cession de propriétés domaniales à Nouakchott, la liquidation d’une entreprise publique qui assurait l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires, ou les activités d’une société de pêche chinoise. , Pully Hong Dong, selon des sources parlementaires.

“La prise en compte du dossier par le parquet est une phase classique de la justice. Il faudra attendre la phase de l’instruction pour savoir si le dossier sera renvoyé au Parlement, où il pourra faire l’objet de remise à un comité d’instruction, a déclaré mercredi à l’AFP le constitutionnaliste Lo Abdoul Gourmo.

“Cette commission pourra reclasser les faits. S’il s’agit d’une affaire de haute trahison commise par l’ancien président de la République, seule la Haute Cour de justice restera compétente pour le juger”, a-t-il indiqué.

Les députés mauritaniens ont adopté une loi fin juillet portant création d’une Haute Cour de justice chargée de juger le chef de l’Etat et les ministres en cas de “haute trahison”. La compétence doit être mise en place dans les mois à venir.

Avec l’AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici