en trois ans, au moins 170 personnes ont été kidnappées contre rançon dans l’est du pays

0
24



Publié le:

Selon un rapport publié jeudi 30 juillet par Human Rights Watch, l’ONG de défense des droits de l’homme, au moins 170 personnes enlevées contre rançon près du parc national des Virunga “dans l’est de la République démocratique du Congo, entre avril 2017 et Mars 2020.

Entre avril 2017 et mars 2020, des gangs criminels “ont enlevé contre rançon au moins 170 personnes près du parc national des Virunga”, un joyau naturel et touristique situé dans l’est de la République démocratique du Congo, selon un rapport publié jeudi. 30 juillet, par Human Rights Watch (HRW).

“De petits groupes armés de fusils et de machettes ont battu, torturé et assassiné des otages, violant les femmes et les filles, qui en constituent plus de la moitié, tout en utilisant des menaces pour leur extorquer de l’argent. Leurs familles”, a écrit cette organisation américaine pour le défense des droits de l’homme.

Le nombre exact de ceux qui ont été enlevés et de ceux qui ont été violés “est très probablement plus élevé”, a déclaré l’organisation.

Le rapport indique en outre que << les victimes et les familles qui ont demandé l'assistance de la police ont affirmé que la police[vait] rien fait pour trouver les responsables [de ces actes]".

De décembre 2019 à fin juin 2020, HRW affirme avoir interrogé 37 personnes au sujet des enlèvements, dont 28 survivants de violences sexuelles.

Dans la plupart des incidents documentés, «les femmes et les filles enlevées étaient systématiquement et régulièrement violées, plusieurs fois par jour, et parfois par plusieurs hommes», selon HRW. Selon le rapport, les rançons versées vont de «200 à 600 dollars par otage».

En RDC, les deux tiers des quelque 80 millions d’habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour. Les enlèvements avec demande de rançon sont récurrents dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu (situées à l’est).

Le 17 juillet, un travailleur humanitaire de Médecins sans frontières (MSF) a été libéré après avoir été retenu en otage pendant dix-huit jours au Sud-Kivu par un groupe armé non identifié.

Situé à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda, le parc des Virunga s’étend sur 7800 km2 dans la province du Nord Kivu, fief de plusieurs milices et groupes armés d’importance variable et qui se livrent à tous les trafics.

Le parc a été fermé au tourisme entre mai 2018 et début 2019 après la mort d’un éco-garde et l’enlèvement de deux touristes britanniques le 11 mai 2018 dans une embuscade par des hommes armés. Les deux otages ont été libérés deux jours plus tard.

Avec l’AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici