Encore un communiqué de presse du ministère en charge des transports qui ordonne aux citoyens de changer de permis de conduire à leurs frais!

0
40


Publié dans Politique

Image illustrativeLe communiqué de presse du ministère en charge des transports tendant à donner des délais aux titulaires de permis de conduire pour transformer leurs permis de conduire en permis biométriques, viole une fois de plus les droits des citoyens.
Un permis de conduire est obtenu à la suite d’un examen, c’est comme un diplôme.
Il n’est pas normal de demander à tous les titulaires de diplômes universitaires de changer la couleur ou le format de leurs diplômes, à leurs frais, faute de quoi lesdits diplômes ne seront plus valables.
Ce communiqué de presse viole non seulement le principe de non-rétroactivité de la loi mais viole également les droits des citoyens.
Nous pensons qu’il serait hautement souhaitable que le ministère en charge des transports revoie ces mesures en tenant compte de certaines réalités. Déjà avec les formalités de changement de plaques d’immatriculation, devenues presque récurrentes à chaque changement de régime, les citoyens nigériens ne savent plus où aller pour trouver des sommes exorbitantes afin de faire face aux frais exigés par ces sociétés privées impitoyables, qui usurpent les missions de les services publics sont normalement dévolus aux fonctionnaires du ministère en charge des transports formés à cet effet.
Certaines mesures réglementaires doivent être prises avec tact et discernement, tout en respectant les droits des citoyens.
Ici, les citoyens ont le sentiment d’être victimes d’un excès de pouvoir qui ne tient pas compte de la réalité socio-économique et sociale du pays.
Les conséquences de la pandémie COVID19 sur le pouvoir d’achat des citoyens doivent être prises en compte avant de prendre une telle mesure dans un pays en récession économique où la majorité des citoyens tentent de survivre.
Nous proposons au ministère en charge des transports de reconsidérer ses mesures, à défaut, de prendre en charge les frais relatifs auxdites formalités de changement de licence.

Ces mesures sont impopulaires, elles risquent de provoquer la révolte de nos concitoyens.
Les lois sont rétroactives lorsqu’elles procurent des avantages aux citoyens.

Soyons vigilants, en examinant de plus près la situation socio-économique et sociale de nos concitoyens, c’est le Niger qui gagne et qui progresse.

Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Imprimer



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici