Et l’affaire Amina Maïga? – Niger Inter

0
80


C’est en principe le jeudi 30 avril 2020 qu’Amina Maïga fera face au juge pour répondre des faits dont elle est accusée. Elle languit derrière les barreaux à Daïkayna dans la région de Tillabéry depuis la semaine dernière. Elle a été arrêtée à la suite d’un audio qu’elle a diffusé sur les réseaux sociaux, un audio dans lequel elle a déclenché sa colère et fait ressortir toute sa haine contre le pouvoir au pouvoir.

Dans son discours, nous l’entendons dire substantiellement: “Ils ont touché notre dignité. Nous ne nous réveillons pas à 7h30 pour aller au travail, redescendons à 16h00 et prenons notre argent et le donnons au père de quelqu’un . Voleurs! Je le dis haut et fort! Laisse ma voix aller où il veut! Voleurs! Ils nous ont volés! Ils nous ont volés une fois! Pensez-vous que nous faisons confiance à ces gens pour leur donner notre argent? Non! “

Une façon de réagir à une circulaire du Secrétariat du gouvernement adressée aux agents qui y travaillent. Dans ladite circulaire, il leur était simplement demandé de contribuer au fonds dédié à la lutte contre la propagation de Covid-19 et le montant relatif au rang de chacun était précisé.

Cette circulaire ne concerne en effet pas tous les agents publics. A dessein, il a été jeté dans les réseaux sociaux et, comme les mauvais esprits peuvent toujours dire est noir ce qui est blanc, des interprétations tendancieuses et des intoxications se sont répandues afin de faire croire à l’opinion qu’il engage tous les fonctionnaires.

Le secrétaire du gouvernement a jugé bon de faire un point de presse pour remettre les pendules à l’heure et apporter ainsi la tranquillité d’esprit au cœur de tous les agents de l’État.

“Ils disent qu’il y a des gens qui ont un coronavirus! Laissez-les sortir pour que le monde entier puisse les voir! Où ils sont, laissez-les filmer afin que nous sachions qui et qui a le coronavirus! Ceux qui ont cela, jusqu’à présent, personne ne les a vus! Cela vient d’un … Les gens meurent, ils disent que c’est le coronavirus qui les a tués. Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore vu un corps qu’ils ont montré et qui nous montre que c’est le coronavirus qui l’a tué ! Vous avez dit qu’il y a un coronavirus, nous disons qu’il n’existe pas! Nous, les citoyens sont convaincus qu’au Niger, le coronavirus n’existe pas! Et il n’existe pas, d’ailleurs! Dr Zourkaleyni qui l’a dit, ils l’ont arrêté! Il a expliqué aux gens que si le coronavirus existe, quelle est la température à laquelle la chaleur du soleil peut le tuer. Ils ont emmené le Dr Zourkaleyni, ils l’ont arrêté … Moi, Amina Maïga … Je ne crois pas que le coronavirus existe au Niger! C’est essentiellement ce qu’il entend ajouté à son audio. Tout explique donc qu’Amina Maïga n Je ne crois pas du tout à l’existence du coronavirus au Niger. Pourtant, aucun pays au monde n’a été épargné par cette pandémie.

Si, en tant que citoyenne, elle ne croit pas à Covid-19 parce qu’elle n’a pas vu de victimes, comment, tous ces partenaires techniques et financiers y croient vraiment au point d’aider notre pays par tous les moyens à le combattre?

Le devoir du gouvernement est de protéger les citoyens, tous les citoyens malgré eux. À cette fin, il peut prendre des mesures extrêmement restrictives. Si elle n’est pas malade de Covid-19, c’est bien, mais cela n’empêche pas le gouvernement de protéger ceux qui le portent.

Amina Maïga conclut son audio avec tant de véhémence et de haine contenue: “Je ne donnerai pas d’argent au gouvernement! Moi-même, j’ai besoin d’aide! Ils parlent d’aide, mais qu’ils viennent en aide aux gens du commun! les gens ordinaires qu’ils prendront de l’argent pour aller donner … à qui? Qui est cette personne dont ils s’occupent? Je ne donne pas! Quiconque va prendre mon argent par la force et courir pour l’emmener là où je ne veux pas du tout … C’est de l’escroquerie pure et simple … C’est un abus de pouvoir, je ne l’accepterai jamais! “

De toute évidence, ces mots, bien que prononcés dans un groupe WhatsApp, ne sont pas passés inaperçus. La police a très rapidement recherché son auteur et, immédiatement, l’a conduite sous séquestre. Ce qui, forcément, devrait alerter les fauteurs de troubles via les réseaux sociaux où qu’ils se trouvent. Une loi sur la cybercriminalité a d’ailleurs été votée il y a peu par nos élus et Amina Maïga vient d’en être la victime.

Nous devons nous battre pour préserver la liberté d’expression dans notre pays. C’est une liberté fondamentale. Les citoyens doivent également être vigilants. Des mots difficiles, nihilistes et haineux peuvent vous causer des ennuis. On ne peut pas croire à l’existence de cette maladie mais pousser l’indécence jusqu’à faire l’apologie de son incohérence, il y a des limites à ne pas franchir.

Bassirou Baki Edir





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici