face au défi, le gouvernement assouplit le couvre-feu en vigueur

0
62



Publié le: Modifié:

Au Sénégal et à Madagascar, des affrontements ont eu lieu mercredi 3 juin lors de rassemblements contre les mesures anti-Covid-19, telles que le couvre-feu et le confinement. Les manifestants et les forces de l’ordre se sont affrontés dans la rue avec des jets de pierres d’un côté et des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc de l’autre.

Le gouvernement sénégalais a annoncé, jeudi 4 juin, une réduction du couvre-feu nocturne et une reprise des transports entre les villes après deux nuits d’incidents et de protestations contre les mesures visant à contenir le nouveau coronavirus. Le couvre-feu qui est entré en vigueur à 21 heures (local et GMT) est reporté à 23 heures. et se termine à 5 heures du matin, a annoncé la ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye. “A partir de ce jour, la levée des restrictions de transport sur le territoire national sera prononcée avec le maintien du couvre-feu de 23 heures à 5 heures du matin”, a indiqué le ministre dans une intervention diffusée à la télévision publique. “Les réunions dans des lieux publics ou privés, restaurants, salles de sport, casinos bénéficieront de ces mêmes mesures de flexibilité”, a-t-il ajouté.

Dakar et plusieurs villes ont été le théâtre de manifestations au cours des deux dernières nuits. Les Sénégalais sont descendus dans les rues après l’entrée en vigueur du couvre-feu, incendiant des pneus, dressant des barrages routiers et jetant des pierres sur la police. La police et les gendarmes ont dispersé les manifestants avec du gaz lacrymogène. L’armée, déjà mobilisée au préalable, a apporté son soutien et les réseaux sociaux ont diffusé des images de véhicules militaires dans les rues.

Le différend a exceptionnellement touché la ville religieuse de Touba, à 200 km à l’est de Dakar. Des véhicules de police et une ambulance y ont été brûlés et le centre de traitement des patients de Covid-19 a été attaqué, a déclaré un responsable. Plus de 200 personnes ont été arrêtées dans le pays, a indiqué le ministre de l’Intérieur.

A Madagascar, des émeutes ont également eu lieu mercredi à Toamasina, la deuxième ville du pays. Les manifestants ont érigé des barrages et incendié des pneus pour protester contre les mesures de confinement toujours en vigueur dans cette agglomération.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici