Fin de course pour le Mena ! – Le Sahel

0
18


Partager c’est aimer!

La sélection A’ du Niger a joué lundi dernier son troisième et dernier match de poule contre les Léopards de la RD Congo. Après ses deux matchs nuls contre les Chevaliers de la Méditerranée de la Libye et les Diables Rouges du Congo, ce match couperet a définitivement scellé le destin du Mena lors du CHAN 2020. L’équipe nationale du Niger est en effet éliminée de la compétition au terme d’une partie timide et même brouillonne qu’elle a perdue sur le score de 1 but contre 2.

Les poulains de Harouna Doula ont pourtant bien entamé cette rencontre comme ils ont l’habitude de le faire. C’est-à-dire en réussissant à dominer l’adversaire dans le jeu, en menant de temps en temps des offensives jusque dans la surface de réparation. A l’engagement et la détermination des Nigériens, Pamphilé Mihayo le coach des congolais, a opposé une tactique bien huilée de contre offensive rapide. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une de ces contre- offensives que le Mena va encaisser le premier but de la partie. Sur un débordement puis un centre venu de la droite de l’attaque congolaise, John Kabongou Kadima plante un coup de tête rageur qui envoie la balle au fond de la cage de Abdoul Razak l’infortuné portier du Mena.

Au passage, il faut noter la stupéfaction du gardien nigérien resté totalement pantois sur cette action de but. Une attitude symptomatique d’un état de forme délétère qu’il va matérialiser durant les arrêts de jeu. Car après l’égalisation de Issa Mossi à la 73ème minute de jeu, et au moment où le Niger cherchait à marquer un deuxième but, Abdoul Razak n’a trouvé mieux que de commettre une monumentale bourde en livrant le ballon aux Congolais qui le fusillent une seconde fois. Le Mena venait d’enregistrer un score qu’il ne méritait pas au vu de sa prestation du jour, mais aussi au vu de sa production générale durant tout le CHAN 2020. L’équipe nationale tombe ainsi  les armes à la main en perdant par 1 but contre 2 pour les Congolais de la RDC.

Mais à la réflexion, il faut se garder de jeter le bébé avec l’eau du bain. Le Mena a certes échoué à rééditer l’exploit désormais historique du CHAN au Soudan, mais cette équipe qui a défendu les couleurs nationales sur la pelouse de Japoma à Douala et celle du stade Ahmadou Ahidjio de Yaoundé a séduit tous les amoureux du ballon rond africain. Au cours de ses trois matchs dans ce groupe B, l’équipe a montré qu’elle peut être conquérante et dominatrice dans le jeu. Même lorsque, malencontreusement, elle encaisse un but, elle ne baisse jamais les bras jusqu’à l’obtention d’une égalisation. Ce sont des qualités indéniables sur lesquelles l’entraineur devrait s’appuyer pour forger une équipe beaucoup plus compétitive encore.

Tout le monde sait que le Mena a surtout péché sur sa ligne d’attaque. L’offensive est donc le secteur qui nécessite le plus de toilettage en vue d’obtenir des attaquants qui savent réellement marquer des buts. Globalement, l’équipe est bonne, mais elle demeure perfectible. Au sortir de ce 6ème CHAN, il convient de noter le soutien et la mobilisation sans précédent que le Mena a suscité au sein de la diaspora nigérienne vivant au Cameroun. A Douala, comme à Yaoundé, les Nigériens de la diaspora ont fait bloc autour de l’équipe, en se rendant massivement au stade pour encourager et soutenir le MENA.

Oumarou Moussa Envoyé spécial (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici