Gane maîtrise Rozenstruik sans trembler et continue sa marche vers les sommets

0
16



Il aurait aimé finir avant la fin. Mais il se contentera d’une masterclass tout en maîtrise. Ciryl Gane a dominé sans trembler Jairzinho Rozenstruik ce samedi soir à Las Vegas. Le combattant français reste invaincu à l’UFC et confirme ses ambitions pour le titre des lourds.

C’était son premier main event (combat principal d’un événement), en pleine lumière, une nouvelle étape importante dans une carrière météore. Il a su relever le défi et l’ascension vers les sommets continue. Opposé à Jairzinho Rozenstruik, numéro 4 du classement des lourds, ce samedi soir à Las Vegas, Ciryl Gane n’a pas signé de KO fracassant ou de soumission spectaculaire mais s’est offert une “masterclass” en dominant le Surinamien pendant cinq rounds et en restant à l’abri du punch dévastateur de son adversaire.

La performance de “Bon Gamin” n’a pas laissé la place au doute: les trois juges ont rendu une carte à 50-45 (cinq rounds à zéro) pour une décision unanime. Avec son intelligence de combat, le Vendéen a su se montrer patient et faire ce qu’il avait à faire à base de jabs qui pilonnent et d’une grande variété technique qui prouve une nouvelle fois sa polyvalence. “Ce sera ma marque de fabrique jusqu’au bout, sourit-il. En mettant ce genre de jeu d’incertitudes, vous gardez le gars contre la cage tout le combat comme j’ai pu faire. Vous allez au sol, vous revenez à la tête, vous montez en high kick, etc, c’est mon style, j’adore ça, je veux être ce gars polyvalent et ça marche bien même avec des mecs extrêmement talentueux.”

“J’ai maîtrisé le combat”

Mais il aura manqué la finition, et cela semblait presque l’embêter au micro de la télévision américaine juste après le combat: “Ce qui compte, c’est que je l’ai fait. Mais je ne suis pas totalement satisfait car je ne l’ai pas terminé avant la fin. Ce n’était pas le meilleur show pour les fans mais j’attendais un peu plus de lui, plus de pression, qu’il soit un peu plus offensif. J’étais surpris de ça.” Quelques minutes plus tard, avec déjà un peu de recul, le discours était plus nuancé en duplex sur le plateau de RMC Sport: “Il faut que j’apprenne à aimer mes victoires. J’ai toujours eu ça. A partir du moment où je ne finis pas un combat avant la fin, où je ne fais pas un truc de fou malade, j’ai un petit goût amer dans la bouche. Mais j’ai quand même maîtrisé le combat. Il y a cinq rounds à zéro.”

“J’aurais préféré le finir au sol, oui, poursuivait-il. C’est un mec extrêmement dangereux, ce n’est pas n’importe qui, il a prouvé que quand il touche une fois ou deux, c’est fini, tu tombes. La base, c’était de ne pas prendre de coups de sa part, et c’est vrai qu’on avait pour objectif de terminer le combat avant la fin avec une belle soumission, pour avoir un petit bonus. On ne l’a pas fait, c’est pas grave, on rentre quand même avec la victoire et avec un combat géré.”

“Si vous voulez me mettre pour le titre, allons-y!”

Avec ce huitième succès en carrière (commencée il y a moins de trois ans) en MMA, son premier au bout de cinq rounds et le cinquième en autant de combats à l’UFC, ce qui lui donne la meilleure série actuelle du genre dans la catégorie, l’objectif est rempli et la marche vers les sommets continue pour Gane. Cette victoire sur le numéro 4 du classement des lourds devrait le mettre sur le podium. Tout près de cette chance pour le titre qui pourrait arriver après un combat supplémentaire, peut-être face à Derrick Lewis après sa victoire contre Curtis Blaydes le week-end dernier. Mais Ciryl l’annonce: il est déjà prêt pour l’étape ultime. N’importe quand et contre n’importe qui, comme il aime à le répéter.

“Je ne veux personne en particulier, lance-t-il. Je m’en fous de qui. Ce que je veux, maintenant, c’est aller le plus haut possible. Comme je dis, je rentre dans les petits papiers et je veux que les gens me prennent au sérieux, qu’ils sachent que je suis prêt. Si vous voulez me mettre pour le titre, allons-y, pas de problème, j’ai prouvé que je pouvais faire un 5×5 minutes, j’aurais même pu faire cinq rounds encore derrière. Je me sens prêt. Je veux être dans la discussion, dans cette position. Je suis confiant.” Et disposé à se rendre disponible en cas de pépin avant le combat entre le champion Stipe Miocic et son challenger Francis Ngannou prévu le 27 mars à l’UFC 260: “Si un gars qui combat pour la ceinture se blesse, je suis là”. Avant Rozenstruik, Ciryl Gane avait annoncé son ambition de viser le titre en cas de succès. Que ce soit Miocic, Ngannou, voire un certain Jon Jones qui arrive chez les lourds, on y est. Une finition spectaculaire aurait encore plus aidé sa cause. Mais elle est déjà plus que crédible et légitime. Vivement la suite.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici