jeunes plus touchés mais aussi plus testés

0
31



Publié le:

En France, la proportion de tests Covid-19 positifs est en augmentation, en particulier chez les jeunes adultes. Ce phénomène s’explique notamment par l’évolution de la politique de dépistage dans le pays, qui inclut davantage cette population considérée comme moins à risque du coronavirus.

Alors que le nombre de patients atteints d’une forme sévère de Covid-19 hospitalisés en réanimation continue de baisser, les contaminations augmentent en France depuis une semaine, notamment chez les jeunes adultes.

“La proportion de tests positifs passe à 1,4% et il y a une augmentation nettement plus importante chez les jeunes adultes”, a averti la direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué mercredi 29 juillet. «S’ils ont peu de risques de développer une forme grave de la maladie, les jeunes peuvent contribuer à propager le virus s’ils ne respectent pas les mesures de barrière et infectent leurs proches, parents, grands-parents et personnes vulnérables», peut-on lire dans le document.

Plus de tests, plus de cas

Depuis la mi-mars, les jeunes sont également exclus de la politique de dépistage, initialement axée sur les cas graves et les personnes à risque. Aujourd’hui, les tests sont utilisés non seulement pour détecter les nouveaux cas mais aussi leurs contacts avant même l’apparition des premiers symptômes. Les personnes testées sont donc plus nombreuses et ont un profil plus varié, expliquant en partie l’augmentation des cas positifs chez les jeunes.

«Il y a une augmentation de l’activité virale dans certaines régions de notre pays qui est en partie corrélée au fait que nous en testons davantage», a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran.

En effet, selon la DGS, le taux de reproduction du virus (ou “R”, basé sur des tests virologiques positifs) au niveau national “est supérieur à 1,3, en constante augmentation depuis le 1euh Juillet “. Ce résultat signifie que chaque patient infecte en moyenne un peu plus de 1,3 autre personne.

Depuis le 9 mai, la France compte également 646 dossiers groupés («clusters») dont 22 nouveaux depuis mardi, mais 399 fermés, donc 247 foyers toujours actifs. Un «cluster» est défini par la survenue d’au moins trois cas confirmés ou probables sur une période de sept jours, qui appartiennent à la même communauté ou ont participé au même rassemblement.

Appel à la prudence

Pour contrer cette circulation du virus, la direction générale de la santé rappelle l’importance d’organiser des festivités et des rassemblements “en plein air plutôt que dans des lieux fermés”. Elle ajoute qu’il faut “limiter le nombre de participants”, “porter systématiquement le masque lorsque les personnes ne font pas partie du cercle familial habituel ou en présence de personnes à risque et surtout garder des distances entre les personnes”.

Olivier Véran a même encouragé les Français à porter un masque à l’extérieur selon la situation: “Si vous êtes dans une rue où il y a plusieurs personnes qui se promènent et que vous n’êtes pas sûr de pouvoir garder la distance, je le recommande”, dit-il. Mercredi lors d’un voyage dans les Yvelines.

Avec l’AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici