La CENI annonce la date du 13 décembre 2020 pour les élections locales – Le Sahel

0
56


Partager c’est aimer!

Conformément à son souci de rendre compte de l’évolution de ses activités, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), hier, jeudi 23 juillet 2020, au Palais des Congrès de Niamey, a organisé une réunion d’information et d’échange avec les partis politiques sur le processus électoral au Niger. Selon le président de la CENI, M. Issaka Souna, qui a présidé la réunion, il s’agissait de discuter de quatre (4) points à l’ordre du jour de ladite réunion. «Premièrement, il y a une mise à jour sur les tribunaux mobiles; sur l’état d’avancement des inscriptions biométriques et du traitement des litiges sur les listes électorales; le calendrier électoral des différents scrutins et des différents », a décliné Me Souna, qui a placé la réunion sur la recherche objective des meilleures solutions électorales pour le Niger.

En ce qui concerne le premier point, relatif aux auditions itinérantes, qui se sont déroulées de juillet 2018 à juin 2020, selon la CENI, sur tout le territoire national, 1.703.402 actes de naissance ont été délivrés aux bénéficiaires; 13 412 certificats de mariage et 8 402 ont été signés et délivrés par un registraire. En ce qui concerne les statistiques d’inscription des citoyens, selon M. Salou Moussa, chef du service de cartographie de la DSI, en charge de l’élaboration du fichier biométrique (DIFEB), de la CENI, le 22 juillet 2020, les résultats provisoires, sur la l’ensemble du territoire national, sont les suivants: 3.348.219 hommes et 4.087.145 femmes étaient inscrits, ce qui donne un total de 7.435.364 personnes inscrites, pour une population d’électeurs estimée à 9.751.462, selon les projections de l’INS 2012, pour un taux global de scolarisation de 76,25%. Ainsi, selon la CENI, 55% des femmes sont enrôlées pour 45% des hommes.

S’agissant de la mise à jour de l’état d’avancement des inscriptions biométriques et du traitement des litiges sur les listes électorales, Me Issaka Souna a assuré que le traitement des listes est terminé pour certaines localités et municipalités et se poursuit pour d’autres. . Quant aux litiges, ils ont également commencé à être pris en compte et traités au cas par cas. Quant à la question du calendrier électoral des différents scrutins et des différents scrutins, la CENI a noté que le seul changement est celui de la date choisie pour les élections locales, fixée au 13 décembre 2020, comme demandé par la plupart des partis politiques. Par ailleurs, la CENI prévoit d’organiser le premier tour de l’élection présidentielle couplé aux élections législatives du 27 décembre 2020. Le second tour aura lieu le 21 février 2021.

Sur la proposition de la date des lieux, qui fait l’objet de polémique, le président de la CENI a expliqué que son institution a pris en compte les revendications de certains partis politiques et la nécessité d’instaurer sérénité et tranquillité dans l’organisation. des différentes consultations électorales. Cependant, M. Issaka Souna a demandé aux partis politiques de soutenir la CENI dans ce processus qui nécessite des moyens importants, mais surtout une meilleure préparation de leur part, comme la constitution en temps voulu des dossiers de candidature. Dans leurs discours, les partis politiques présents à la réunion se sont félicités de la fixation de cette date et, en retour, ont demandé à la CENI d’intervenir pour faciliter leur participation à ces différentes consultations électorales.

Il est à noter que les partis politiques membres de l’opposition n’ont pas participé à cette rencontre. Le même matin, ils se sont réunis au CCOG de Niamey où ils ont publié un livre blanc sur ledit processus électoral.

Cette réunion, il faut le noter, a lieu au moment où une mission exploratoire de l’Organisation internationale de la Francophonie séjourne à Niamey, destinée à auditer le registre électoral biométrique du Niger, audit absolument demandé par le président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, pour la tenue d’élections transparentes et crédibles, selon l’ambassadeur Désiré Nyaruhirira, envoyé spécial du secrétaire général de la Francophonie.

Mahamadou Diallo (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici