La juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg de nouveau hospitalisée

0
36



Publié le:

La juge progressiste Ruth Bader Ginsburg, dont l’état de santé est surveillé avec inquiétude par les démocrates américains, a été admise à l’hôpital mardi après avoir souffert de fièvre et de tremblements. Elle y restera quelques jours pour subir un traitement antibiotique.

La juge progressiste et doyenne de la Cour suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg, a de nouveau été hospitalisée le mardi 14 juillet pour une possible infection. Elle a été admise à l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore mardi matin après avoir souffert de fièvre et de tremblements la nuit précédente. Elle a subi une endoscopie dans l’après-midi pour “nettoyer un stent placé en août 2019 sur le canal biliaire”, a indiqué la Cour suprême, soulignant qu’elle se reposait “confortablement” après l’intervention. “Elle restera à l’hôpital pendant quelques jours pour recevoir un traitement antibiotique par voie intraveineuse.”

L’état de santé de la magistrate de 87 ans, surnommée “RBG”, est scruté par les démocrates et la gauche américaine qui en ont fait leur championne. Une démission ou la mort de Ruth Bader Ginsburg donnerait à Donald Trump l’occasion de nommer un juge et d’ancrer davantage le Temple de la loi américaine dans le camp conservateur.

Interrogé mardi soir sur cette hospitalisation, Donald Trump lui a souhaité un prompt rétablissement. “J’espère qu’elle ira mieux, elle m’a en fait donné de bonnes décisions”, a-t-il déclaré.

Plusieurs hospitalisations

Ruth Bader Ginsburg, l’une des quatre progressistes de la Cour suprême, a été hospitalisée à plusieurs reprises au cours des dernières années, notamment pour une infection liée à une obstruction par un calcul des canaux kystiques en mai dernier et pour subir une chirurgie du nodule cancéreux dans le poumon en 2019. 2018, cette femme mince s’était cassé les côtes lors d’une chute. Elle a également surmonté quatre cancers dans les années 1990. Mais ces séjours ne l’ont pas empêchée de travailler par téléconférence.

Brillante magistrate, elle est devenue malgré elle une icône des réseaux sociaux américains et des militants progressistes tant pour ses luttes pour la cause des femmes, des minorités ou de l’environnement que pour son indépendance d’esprit.

Les neuf juges de la Cour suprême sont nommés à vie et le doyen, nommé en 1993 par Bill Clinton, a déclaré à de nombreuses reprises qu’elle ne prendrait sa retraite que si elle ne se sent plus en mesure de gérer le fardeau de l’emploi.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici