La Juventus sacrée championne d’Italie pour la 36e fois, la 9e consécutive

0
44



C’est une habitude pour la Juventus Turin. Grâce à son succès face à la Sampdoria dimanche soir (2-0), la Vieille Dame a officiellement remporté un 36e Scudetto, son 9e consécutif. Un titre obtenu à deux jours de la fin du championnat et qui confirme encore sa domination sur la scène nationale. Certes, le solide Inter d’Antonio Conte (2e), la lumineuse Atalanta de Gian Piero Gasperini (3e) et l’étonnante Lazio de Simone Inzaghi (4e) ont longtemps entretenu le suspense. Lorsque le championnat a été fermé en mars en raison d’un coronavirus, un seul point séparait Turin et la Lazio. Les Nerazzurri, bien qu’ayant six longueurs de retard, pourraient également rêver de renverser la toute puissante Juve.

La jeunesse éternelle de Ronaldo

Cela ne s’est pas produit. Même en perdant quelques points ici et là (défaite face à l’AC Milan et à l’Udinese, nuls contre Atalanta et Sassuolo), les hommes de Maurizio Sarri ont été les plus constants dans le sprint final. Sans impressionner dans le jeu, loin de là, avec une possession souvent stérile et des performances collectives parfois très ennuyeuses. Mais elle restait cette formation capable de punir son adversaire à tout moment. Dans le même temps, la séquence de trois jours a été fatale pour la Lazio, l’Inter n’a pas réussi à rattraper son retard et l’Atalanta partait trop loin pour bousculer la hiérarchie. Ces trois équipes auront également raté un Ballon d’Or à cinq reprises pour faire la différence dans les moments les plus importants.

A ceux qui pouvaient y penser à la baisse du haut de ses 35 ans, Cristiano Ronaldo a répondu en empilant des buts depuis le redémarrage. Par exemple, il est devenu le premier joueur de l’histoire à marquer au moins 50 fois dans trois ligues différentes: 84 buts pour Manchester United en Premier League, 292 pour le Real Madrid en Liga et déjà 52 en Serie A depuis son arrivée en championnat. . Juve à l’été 2018. Toujours physiquement impressionnant et meurtrier dans le dernier geste, le Portugais est revenu avec 31 réalisations sur les talons de Ciro Immobile (34 buts), le chef pyrotechnicien de la Lazio. Sorti sur blessure ce dimanche, 12 jours derrière la Juventus-OL en huitièmes de finale de Ligue des champions, Paulo Dybala n’a pas réalisé la même performance (11 buts), mais il mérite également une mention.

Tous les yeux rivés sur la Ligue des champions

Récemment décrit comme un joueur “maradonque” par Michel Platini, excuse un peu, l’Argentin a réalisé une série d’excellentes performances ces dernières semaines, apportant magie et folie à un jeu turinois devenu trop lisible. Sur une note complètement différente, Matthijs de Ligt a également répondu. Après un démarrage lent, l’ancien capitaine de l’Ajax Amsterdam, recruté l’année dernière pour un chèque de 85,5 millions d’euros, a rapidement remonté son niveau au point de devenir l’un des patrons de la défense de la Juve aux côtés de Leonardo Bonucci. D’autres auront déçu, comme Aaron Ramsey ou Federico Bernardeschi. Adrien Rabiot, il a terminé la saison en beauté.

Après 14 matchs du 12 juin au 2 août, les joueurs de la Juventus devront retrouver une fraîcheur physique pour continuer leur parcours en Ligue des champions. La première étape est de se débarrasser de l’OL en huitièmes de finale. Après la victoire aller des Gones (1-0), le retour est prévu le 7 août (sur RMC Sport).





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici