la police se déploie autour du Parlement avant le débat sur l’hymne chinois

0
63



Publié le: Modifié:

La police anti-émeute de Hong Kong s’est déployée mercredi matin autour du Parlement avant d’examiner un projet de loi criminalisant tout outrage à l’hymne chinois. Un projet dénoncé par des militants pro-démocratie comme une nouvelle atteinte à leur liberté d’expression.

La police anti-émeute de Hong Kong a été déployée le mercredi 27 mai, autour du Conseil législatif, le parlement local, alors que des militants appelaient à manifester contre un projet de loi criminalisant la violation de l’hymne national chinois, dans un contexte de tensions croissantes autour des libertés dans le semi -un territoire autonome.

Le texte visant à réglementer l’utilisation de l’hymne national chinois prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et des amendes pour quiconque “insulte” l’hymne national. Il est présenté au Parlement en deuxième lecture, avant sa promulgation prévue le mois prochain.

Des centaines de policiers antiémeutes se sont postés devant le Conseil législatif et un mur de deux mètres de barricades en plastique rempli d’eau a été érigé autour du bâtiment.

Dans plusieurs autres parties de la ville, les manifestants ont utilisé des poubelles et divers objets pour bloquer les routes, tandis que les réseaux sociaux bourdonnaient d’appels à des manifestations à différents endroits plus tard dans la journée.

Tensions autour d’un projet de loi sur la sécurité nationale

Ce débat parlementaire survient au milieu des tensions: les manifestations en faveur de la démocratie ont repris à Hong Kong après que la Chine a présenté la semaine dernière un projet de loi sur la sécurité nationale pour lutter contre les activités sécessionnistes, subversives et terroristes ainsi que contre l’ingérence étrangère.

Les manifestants dénoncent une manœuvre de Pékin pour limiter les libertés qui ont permis à Hong Kong de devenir un carrefour financier essentiel.

Une grande manifestation, la plus importante depuis la mise en place de l’enceinte de confinement pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, a eu lieu dimanche. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Le chef de l’exécutif local, Carrie Lam, a déclaré mardi que le projet de loi sur la sécurité nationale de Pékin ne porterait pas atteinte aux droits et libertés à Hong Kong.

Pour sa part, le président américain Donald Trump a une nouvelle fois menacé Pékin. Sans entrer dans les détails, le président américain a déclaré mardi qu’il se préparait à entamer une action contre la Chine cette semaine en raison de sa volonté d’imposer une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

Avec Reuters



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici