“La Traversée”, un livre qui démonte la thèse du second génocide rwandais

0
21



Publié le :

Dans “La Traversée”, le journaliste Patrick de Saint-Exupéry cherche à démonter la thèse d’un deuxième génocide en RD Congo, après celui de 1994 contre les Tutsis du Rwanda. Un livre passionnant, mais qui donne parfois le sentiment de minimiser l’étendue des massacres commis en RD Congo.

La plume est alerte. Le récit, captivant. La presse, dithyrambique. Mais, même si l’on partage sa conclusion, le dernier livre de Patrick de Saint-Exupéry, paru le 4 mars, est aussi problématique. Il faut dire que le dossier est complexe et sensible.

Dans “La Traversée – Une odyssée au cœur de l’Afrique” (éditions Les Arènes) le grand reporter cherche à savoir ce qu’il s’est passé en RD Congo dans les mois et années qui ont suivi le génocide des Tutsis au Rwanda. Les génocidaires hutus s’étaient enfuis au Congo voisin (alors appelé Zaïre). À partir de 1996, le nouvel homme fort rwandais, Paul Kagame, envoie des hommes soutenir la rébellion congolaise de Laurent-Désiré Kabila. L’objectif : faire tomber le président congolais Mobutu Sese Seko au pouvoir depuis plus de trente ans. Et se débarrasser des génocidaires hutus que Mobutu a accueillis à bras ouverts.

>> Patrick de Saint-Exupéry : “La construction du second génocide rwandais est du pur négationnisme”

Mais comme l’a rapporté l’ONU, les rebelles et leurs alliés rwandais ne tuent pas seulement des génocidaires, mais aussi des civils hutus, des femmes et des enfants.

Plus de vingt ans après les faits, le journaliste décide de refaire le parcours des réfugiés hutus qui ont fui le Rwanda après le génocide et se sont enfoncés de plus en plus vers l’ouest, dans l’immense forêt équatoriale congolaise. Il veut montrer que ceux qui évoquent un deuxième génocide ont tort. Il pense en particulier à Hubert Védrine, secrétaire général de l’Élysée en 1994, qui ne cesse depuis d’évoquer cette thèse. Le rôle trouble de la France à l’époque, trop proche du pouvoir hutu, est désormais bien connu et documenté – notamment grâce à d’autres livres de Patrick de Saint-Exupéry.

Rapport de l’ONU “biaisé” ?

En 2010, l’ONU a publié le rapport Mapping sur les crimes les plus graves commis en RD Congo entre 1993 et 2003. Pas moins de 617 événements sont répertoriés, 1 280 témoins sont interrogés. Le rapport stipule que “les attaques en apparence systématiques et généralisées décrites dans le présent rapport révèlent plusieurs éléments accablants qui, s’ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crimes de génocide.” Il ajoute que d’autres éléments indiqueraient au contraire qu’il n’y a pas eu de génocide. Il demande donc “une enquête judiciaire complète” pour trancher la question. Elle n’a jamais eu lieu.

Patrick de Saint-Exupéry le dit à plusieurs reprises, pour lui ce rapport est “biaisé”, “il racontait une guerre avec le vocabulaire de l’extermination”. Les témoignages qu’il a notés ne lui donnent pas du tout la même impression. À de très rares occasions, on lui parle d’un massacre, comme dans la ville de Mbandaka.

L’auteur a le mérite de se rendre dans des villages très difficiles d’accès comme Walikale, dans le Nord-Kivu. Mais une fois arrivé à Walikale, il ne cite que deux témoins. Ces derniers n’ont pas du tout le souvenir des massacres décrits dans le rapport Mapping. L’un des deux témoins est “le père Damien”, l’autre “je ne sais plus son prénom”. Peut-on mettre dans la balance les quelques témoignages qu’il a recueillis dans une dizaine de localités congolaises, et les 1 280 témoins du rapport Mapping des 20 enquêteurs onusiens ?

Le livre fait plus de 300 pages. Pourtant, à aucun moment il ne rappelle que les massacres dans l’est du Congo commis par les forces rwandaises (et ougandaises) ont continué pendant des années après la courte période, post-génocide des Tutsis, sur laquelle il s’est focalisé. Notamment pendant la Deuxième Guerre du Congo (1998-2003).

Défense de Paul Kagame

Un autre passage laisse dubitatif : lorsque Patrick de Saint-Exupéry semble défendre le gouvernement actuel à Kigali, où Paul Kagame est au pouvoir depuis plus d’un quart de siècle. Un régime autoritaire régulièrement fustigé par l’ONU, Human Rights Watch ou Amnesty International. En arrivant à l’aéroport de Kigali, le reporter demande avec ironie à une Occidentale qui attend sa valise s’il est bien en Corée du Nord. Elle rit. Il pose ensuite la question à un Rwandais. L’homme répond qu’il ne connaît pas ce pays-là. Ces deux questions, à deux badauds, suffisent à rassurer l’auteur sur la situation des droits de l’Homme au Rwanda.

Cela n’empêche pas l’ouvrage d’être un reportage absorbant à travers la RD Congo, en bus, à moto, ou à bord d’un vieux bateau sur l’immense fleuve Congo. Un soir sur le bateau, écrit-il, “une boule de poils puante m’avait cogné la tête : un gros rat. Toute la nuit, j’avais guetté leurs petits cris, dormant d’un œil.”

En refermant ce livre, on pense, comme son auteur, qu’il n’y a pas eu un deuxième génocide contre les Hutus au Congo. Fallait-il pour autant rejeter en bloc le rapport Mapping tant défendu, entre autres, par le prix Nobel de la paix Denis Mukwege ?

Pour en savoir plus sur cette période voir le documentaire de France 24 Guerres en RD Congo : Les ravages de l’impunité, réalisé par Nicolas Germain et Thomas Nicolon.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici