L’Agence européenne des médicaments maintient sa confiance dans le vaccin Johnson & Johnson

0
14



Publié le :

L’Agence européenne des médicaments a maintenu mardi sa confiance dans le vaccin contre le Covid-19 de Janssen, filiale de Johnson & Johnson, malgré l’établissement d’un possible lien entre ce produit et des cas de caillots sanguins atypiques chez des personnes vaccinées aux États-Unis.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé, mardi 20 avril, que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effets secondaires “très rares” du vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19, tout en estimant que les bénéfices l’emportent sur les risques.

Le régulateur européen a déclaré dans un communiqué avoir établi un “lien possible” entre le vaccin du laboratoire américain Johnson & Johnson et les cas de caillots sanguins, qui devraient “être répertoriés comme des effets secondaires très rares du vaccin”.

“L’EMA trouve un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses”, a déclaré l’agence, ajoutant que cela “confirme que le rapport bénéfice-risque global reste positif”.

>> À lire aussi : “Covid-19 : Johnson & Johnson ‘retarde le déploiement’ de son vaccin en Europe”

Le comité de pharmacovigilance de l’EMA a conclu “qu’un avertissement concernant des caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses devrait être ajouté aux informations sur le produit” pour le vaccin Johnson & Johnson, a ajouté le régulateur européen, basé à Amsterdam.

Ses experts ont également “conclu que ces cas devraient être répertoriés comme des effets secondaires très rares du vaccin”, a indiqué l’EMA.

“Les cas examinés étaient très similaires aux cas survenus avec le vaccin contre le Covid-19 développé par AstraZeneca, Vaxzevria”, a précisé l’EMA.

“Les facteurs de risque spécifiques n’ont pas été confirmés”

Les huit cas survenus aux États-Unis, sur sept millions de personnes qui ont reçu le vaccin, concernent tous des personnes de moins de 60 ans, dont la majorité sont des femmes, a poursuivi l’agence.

“Sur la base des éléments actuellement disponibles, les facteurs de risque spécifiques n’ont pas été confirmés”, a-t-elle déclaré.

Johnson & Johnson a retardé la semaine dernière le déploiement de son vaccin à travers l’Europe en attendant l’avis rendu par l’EMA. Le directeur financier de J&J a affirmé mardi que le laboratoire restait “entièrement confiant” concernant son vaccin contre le Covid-19 et espérait trouver “très bientôt” une solution avec les régulateurs sur son utilisation, actuellement suspendue en Europe et aux États-Unis.

>> À lire aussi : “L’application de traçage TousAntiCovid va bientôt certifier les tests et la vaccination”

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé mardi dernier “une pause” dans l’utilisation du vaccin Johnson & Johnson afin d’enquêter sur l’apparition de cas graves de caillots sanguins chez plusieurs personnes aux États-Unis.

Cette suspension a été prolongée le lendemain d’au moins une semaine, après qu’un groupe d’experts a dit avoir besoin de plus de temps pour enquêter à ce sujet.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici