L’Algérie et la France vont réaliser un travail commémoratif conjoint sur la “vérité”

0
33



Publié le:

La France et l’Algérie mèneront des travaux commémoratifs afin de “faire face aux événements douloureux” de la période coloniale qui continuent de tourmenter leurs relations diplomatiques et économiques. Placé sous la supervision directe des présidents, ce travail sera dirigé par deux historiens, un pour chaque pays.

L’Algérie et la France sont «essentielles» l’une pour l’autre. C’est ce qu’a déclaré le président algérien Abdelmadjid Tebboune le 13 juillet dans une interview au journal français L’Opinion, annonçant que les deux pays allaient réaliser conjointement un ouvrage commémoratif de «vérité».

Placée sous la tutelle des présidents des deux pays, cette recherche sera menée par deux historiens, un de chaque pays. Côté français, Benjamin Stora a été choisi. “Il est sincère et connaît l’Algérie et son histoire, de la période d’occupation à aujourd’hui”, a déclaré le président algérien, ajoutant que son homologue algérien serait nommé “dans les 72 heures”.

Les deux personnalités désignées “travailleront directement sous notre supervision respective. Nous espérons qu’elles feront leur travail dans la vérité, la sérénité et le calme pour résoudre ces problèmes qui empoisonnent nos relations politiques, le climat des affaires et la bonne entente. L” L’Algérie est essentielle pour La France, et la France est essentielle pour l’Algérie. Il faut faire face à ces événements douloureux pour recommencer des relations fructueuses avec les deux pays, notamment sur le plan économique “, estime Abdelmadjid Tebboune.

Des relations scellées par l’histoire coloniale

Il s’est entretenu avec Emmanuel Macron de ces problèmes de mémoire lors de leur entretien téléphonique jeudi, dernier d’une série d’échanges tirant un rapprochement entre les deux pays aux relations intimes et compliquées, fruit de l’histoire, de la colonisation et des flux migratoires.

L’interview a eu lieu quelques jours après la remise par la France des restes de 24 combattants algériens tués au début de la colonisation française au XIXe siècle. “La remise récente des restes des combattants qui se sont opposés à l’installation de l’armée coloniale il y a un siècle et demi est un grand pas”, a déclaré le président algérien.

Début juillet, Abdelmadjid Tebboune avait déclaré à France 24 d’attendre des excuses de la France pour la colonisation de l’Algérie afin de “calmer le climat et le rendre plus serein”. Le président algérien a également déclaré dans son avis que son pays n’attendait pas nécessairement une compensation matérielle pour la période coloniale, mais surtout une “reconnaissance de l’État français pour ses actes” et, éventuellement, une compensation pour les essais nucléaires “français” sur le territoire algérien.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici