l’amendement des sénateurs peut-il conduire à une reprise du championnat?

0
63



Quand le football s’invite au Palais du Luxembourg. Lundi, alors que Jean-Michel Aulas a pris sa plume pour écrire une lettre au Premier ministre et au ministre des Sports, six sénateurs de droite ont déposé un amendement pour permettre une reprise de la saison 2019-2020, notamment en Ligue 1, si le la situation sanitaire le permet.

Rappelant la précipitation du gouvernement d’Edouard Philippe pour marquer la fin de la saison sportive à partir du 28 avril, les parlementaires estiment que “cette décision devrait pouvoir être remise en cause par les fédérations et ligues qui le souhaitent, tout en se basant sur leur décision sur les avis et recommandations du comité de scientifiques spécialisé dans Covid-19 “. En clair: que la L1 doit pouvoir reprendre, si les experts ne voient aucun inconvénient.

Une chance de passer le Sénat

Rapidement, de nombreux observateurs ont plaisanté sur l’origine géographique des sénateurs qui ont déposé l’amendement. Sur les six, quatre sont élus LR du Rhône (François-Noël Buffet, Catherine Di Folco, Élisabeth Lamure, Michel Forissier) et un autre vient de l’Isère (Michel Savin), c’est-à-dire du Grand Lyon. Seul Claude Kern (UDI, Bas-Rhin) se démarque. “Nous n’allons pas répéter les matchs à l’infini pour que l’OL soit en Ligue des champions”, a expliqué la sénatrice marseillaise Samia Ghali (PS), indiquant qu’elle voterait contre. “Ne soyez pas un mauvais joueur. Il y a beaucoup d’autres priorités”, a-t-elle déclaré.

L’amendement en question doit en tout cas être débattu à partir de ce mardi au Sénat. Peut-il passer? Exactement. Sur le papier, les républicains sont majoritaires au Palais du Luxembourg, et il est donc possible, voire probable, qu’il soit approuvé. Dans ce cas, il appartiendra à l’Assemblée nationale d’examiner la question. Et c’est là que ça fait mal.

Beaucoup moins à l’Assemblée

Si la création il y a quelques jours d’un neuvième groupe parlementaire au Palais Bourbon (et toujours un dixième ce mardi matin) composé de “frondeurs” a fait perdre à la République une majorité absolue, le vote de l’amendement semble encore très difficile. Si tous les élus de droite et quelques frondeurs du LREM, comme le Lyonnais Hubert Julien-Laferrière (soutien d’Aulas), venaient voter pour, il faudrait encore rallier beaucoup de monde, et des partis très différents, pour réussir … Avec un «oui» du Sénat et un «non» de l’Assemblée, une commission mixte devrait prendre position.

Et si jamais l’amendement était également passé à l’Assemblée, cela ne signifierait pas non plus une reprise des championnats. Les ligues auraient cette possibilité, mais ce ne serait pas a priori une obligation. Cependant, dans un communiqué de presse conjoint, cette dernière – dont la LFP – a dénoncé à juste titre l’amendement, “une source de confusion qui déstabiliserait davantage les organismes sportifs”. Cela signifie clairement que le corps présidé par Nathalie Boy de la Tour n’a aucune intention de pédaler en arrière. Au moins en ce moment. La FFF aurait également son mot à dire, qu’elle valide ou non les décisions de la LFP. De quoi rendre la reprise de L1 encore utopique.

Enfin, il reste à voir ce que dira Edouard Philippe jeudi, car le Premier ministre pourrait bien parler de sport, et plus précisément de football. Dans le cas d’un déconfinement avec une phase 2, il est possible qu’il ne permette toujours pas les rassemblements sportifs de plus de X personnes, même avec l’amendement. Et là, il aurait le dernier mot.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici