L’ancien ministre Moussa Benhamadi décède en détention à Covid-19

0
43



Publié le:

L’ancien ministre algérien des Télécommunications, proche du clan du président déchu Abdelaziz Bouteflika, Moussa Benhamadi, est décédé vendredi des suites du coronavirus, a déclaré samedi son frère à l’AFP. Il a été placé en détention préventive en septembre 2019.

Moussa Benhamadi, ancien ministre algérien des Télécommunications proche du clan d’Abdelaziz Bouteflika, est décédé vendredi des coronavirus à Alger, a déclaré l’un de ses frères à l’AFP le samedi 18 juillet. Selon lui, il avait contracté le coronavirus en prison. “Il y a quelques jours, il a été évacué d’urgence vers l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger”, où il est mort, a-t-il dit.

Hocine Benhamadi, un autre frère, avait déclaré plus tôt au quotidien Liberté que l’ancien ministre “avait contracté le virus le 4 juillet et ce n’est que le 13 du même mois qu’il a été évacué en urgence vers un hôpital d’Alger”.

La famille attend des informations concernant le retour du corps pour préciser quand l’inhumation aura lieu.

Né le 4 janvier 1953 à Ras El Oued, dans la région de Bordj Bou Arreridj (est de l’Algérie), Moussa Benhamadi – ingénieur informatique – a été élu en 2002 membre du Front de libération nationale, parti allié au pouvoir.

Il a été placé en détention provisoire à la prison d’El Harrach le 19 septembre 2019. Il a été poursuivi dans une affaire de corruption liée au groupe familial spécialisé dans l’assemblage de produits électroniques Condor Electronics, dirigé par son frère Abderahmane.

Ce dernier, également soupçonné de corruption, a été libéré en avril de sa détention préventive. Un autre frère, Omar, directeur général de Condor, est toujours derrière les barreaux.

Depuis la démission en avril 2019 du président Bouteflika sous la pression du mouvement anti-régime “Hirak”, la justice algérienne a ouvert des enquêtes et condamné de hauts responsables politiques et des hommes d’affaires.

La plupart sont accusés de corruption et d’avoir profité de leurs liens avec le chef de l’Etat déchu ou son entourage pour obtenir des avantages ou des marchés publics.

L’Algérie a identifié 21 948 cas de Covid-19 depuis son premier cas le 25 février, dont 1 057 décès.

Avec l’AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici