Le Brésil de Jair Bolsonaro mise sur la chloroquine

0
94



Publié le: Modifié:

La pandémie de coronavirus, qui a tué plus de 325 000 personnes dans le monde, accélère sa progression au Brésil. Le gouvernement a recommandé mercredi l’utilisation de la chloroquine, une substance controversée également préconisée par le président américain Donald Trump.

Le ministère de la Santé du Brésil a recommandé, mercredi 20 mai, l’utilisation de chloroquine et d’hydroxychloroquine pour les patients légèrement affectés par Covid-19, après des semaines de pression du président Jair Bolsonaro, qui y voit un remède miracle.

“Il n’y a pas encore de preuve scientifique, mais la (chloroquine) est utilisée sous contrôle au Brésil et dans le monde. Nous sommes en guerre, il vaut mieux être vaincu que d’avoir honte de ne pas avoir combattu”, a tweeté le président d’extrême droite. mercredi.

Cette recommandation a été formulée dans un document du ministère au lendemain de l’annonce d’un nombre record de décès par coronavirus, franchissant pour la première fois le seuil de mille décès (+ 1179 décès en 24 heures). Il y a déjà 17 971 morts là-bas.

>> A voir: Populisme et pandémie: le choc brésilien

Auparavant, l’utilisation de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine (HCQ) dans les services de santé publique brésiliens était réservée aux cas graves de Covid-19.

La forte pression exercée par le président Bolsonaro, convaincu des effets – à ce jour non prouvés scientifiquement – de la chloroquine pour lutter contre la pandémie, a conduit vendredi dernier à la démission de Nelson Teich, le deuxième ministre de la Santé à quitter son poste en moins d’un mois.

Le Brésil, troisième pays le plus touché au monde

Le pic n’est pas attendu avant juin dans ce pays qui répertorie plus de la moitié des cas confirmés en Amérique latine et dans les Caraïbes. C’est également le troisième pays au monde en termes de cas confirmés, après les États-Unis et la Russie.

Mais le président Bolsonaro a continué de mettre en perspective l’ampleur de la pandémie et de critiquer les mesures de confinement prises par les gouverneurs de la plupart des 27 États. Il veut redémarrer l’économie.

Dans ses nouvelles lignes directrices, le ministère recommande de prendre la chloroquine et le HCQ, un dérivé utilisé notamment pour traiter le lupus et la polyarthrite rhumatoïde, dès les premiers symptômes.

>> Lire: Au Brésil, Jair Bolsonaro salue ses partisans défiant la distanciation sociale

Le protocole du ministère précise cependant qu ‘”il n’y a aucune garantie d’un résultat positif” et que la chloroquine, un antipaludéen, peut provoquer des effets secondaires “graves” jusqu’à “une grave défaillance organique” et “jusqu’à la mort”.

“Puisqu’il n’y a pas d’études complètes prouvant les avantages de ces molécules pour le traitement de Covid-19, […] la décision de les prescrire appartient au médecin, avec l’accord du patient », explique le document.

Le ministère précise que les services de santé publique “ont déjà largement utilisé la chloroquine et l’hydroxychloroquine pour le traitement d’autres maladies infectieuses”, tout en ajoutant qu ‘”il n’existe actuellement aucun autre traitement efficace”.

Épuisé

Les dix pharmacies contactées par l’AFP mercredi à Rio de Janeiro et à Sao Paulo étaient toutes en rupture de stock de ces deux médicaments depuis plusieurs semaines.

Certains patients brésiliens atteints de lupus ont signalé sur les réseaux sociaux de grandes difficultés à obtenir de l’hydroxychloroquine.

Mardi soir, Jair Bolsonaro a rappelé, dans une interview diffusée sur Internet, que le président américain Donald Trump avait lui-même annoncé lundi prendre un comprimé d’hydroxychloroquine tous les jours, à titre préventif.

Le jour où le Brésil a franchi le cap des mille morts pour la première fois en 24 heures, il s’est même permis une plaisanterie, affirmant que “les gens de droite prennent de la chloroquine, ceux de gauche de Tubaina”, une boisson gazeuse bon marché.

Le chef de l’Etat a également révélé qu’il gardait “une petite boîte” de comprimés de chloroquine en réserve au cas où sa mère de 93 ans en aurait besoin.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici