Le gouvernement est favorable à la réouverture des lieux de culte le 13 mai, sous réserve du respect d’un certain nombre de mesures – Le Sahel

0
66


Partager c’est aimer!

Le Premier ministre, chef du gouvernement, SE Brigi Rafini a présidé hier, au Palais des Congrès de Niamey, une réunion avec les chefs religieux relative à la réouverture des lieux de culte en particulier, des mosquées et des églises. Lors de cette réunion, le chef du gouvernement a laissé entendre qu’à partir du 13 mai au soir, nous pourrions rouvrir les lieux de culte mais en respectant les dispositions pratiques. Cette nouvelle, saluée par les responsables religieux musulmans et chrétiens présents à la rencontre, est un soulagement pour les fidèles car elle permettra de prier davantage pour l’éradication de cette maladie.

Les dispositions pratiques à respecter sont l’hygiène, c’est-à-dire le lavage des mains au savon, la désinfestation des lieux de culte qui se fera avec l’aide des maires en soutenant les mosquées et les églises dans la mesure de leurs possibilités. La ventilation des locaux doit être observée par l’ouverture des portes et fenêtres et le respect du port du masque. “Nous ne voulons pas prendre la décision de dire que c’est obligatoire, mais nous allons rendre obligatoire le port d’un masque dans les lieux publics, c’est-à-dire des endroits comme les mosquées, les églises, les marchés, les services publics. Il est impératif que toute personne qui vient dans ces lieux porte un masque “, a déclaré le chef du gouvernement pour dire également que le turban et le voile qui cache le nez et la bouche sont tolérés.

Le Premier ministre a déclaré que le gouvernement avait pris la décision de faire fabriquer les masques par l’intermédiaire de l’Office national des produits pharmaceutiques et chimiques (ONPPC) et des tailleurs par le biais de subventions afin que l’unité soit vendue à 100 FCFA. Cela garantira la disponibilité des masques et à des prix abordables. Le chef du gouvernement a souhaité exprimer son souhait de voir les responsables des lieux de culte exiger le respect de ces mesures. D’autres mesures à respecter, c’est de s’assurer que tout le monde vient avec son tapis, le respect de la distance (ne pas coller), éviter de se saluer en se serrant la main. Le Premier ministre a ajouté que les responsables des lieux sont mis au défi de sensibiliser les fidèles afin que quiconque présente des symptômes (mal de gorge, fièvre, toux, problème d’articulation, difficultés respiratoires) ne vienne pas aux lieux des cultes et appelle services de santé pour le dépistage et les soins possibles. Parmi ces morts ou recommandations à respecter, c’est aussi de quitter les lieux dès la fin de la prière. Le Premier ministre a souhaité qu’une fois toutes ces mesures suivies, il n’y aura pas d’inflammation ni de détérioration de la situation sanitaire.

Lors de cette rencontre, le Premier ministre a remercié toute l’aide qui a répondu rapidement à son appel malgré les difficultés du moment, notamment la chaleur mais aussi le Ramadan. C’est pourquoi il a profité de cette réunion du comité consultatif pour partager les préoccupations du moment avec les chefs religieux. SE. Brigi Rafini a rappelé aux participants que c’est dans cette même salle, le 19 mars (près de deux mois) que «nous nous sommes rencontrés lorsque la crise du virus Corona a éclaté pour partager des informations et voir la conduite en suspens». “Ensemble, nous avons examiné la situation et nous avons pris des décisions concernant notamment les lieux de culte (mosquées et églises)”, a-t-il insisté. Tout en reconnaissant le succès des mesures ainsi prises, le chef du gouvernement a déclaré qu’il y avait eu quelques difficultés liées à l’ignorance des objectifs par certains.

C’est pourquoi, SE Brigi Rafini a une nouvelle fois loué l’esprit de cohésion qui a caractérisé tous les religieux qui se sont joints et ont apporté leur contribution à la mise en œuvre de cette douloureuse mesure. “Nous sommes tout à fait d’accord pour dire que c’est une mesure difficile pour les croyants. Être croyant, c’est aussi se sacrifier, apporter une contribution quand cela a été demandé et c’était le cas”, a-t-il dit. «Dieu merci, tout le monde a fait de son mieux pour apporter sa contribution à cette épreuve. Nous avons dû expliquer, dissuader, utiliser tous les bons arguments pour que tout le monde comprenne cette mesure et l’applique. Il est dans l’intérêt de tous de ne pas favoriser la propagation du virus redoublé COVID-19 “, a déclaré le chef du gouvernement.

Pour le Premier ministre, cet échange avec les chefs religieux vise également à évaluer cette mesure et à recueillir les suggestions des participants. “Nous avons consulté le groupe d’experts et de nombreux autres acteurs sur cette question qui nous tient à cœur et nous souhaitons soumettre au gouvernement et au Président de la République les suggestions que vous souhaitez faire et aujourd’hui nous voulons pouvoir de décider quelles mesures nous avons prises ensemble, de voir comment faire en sorte que notre lutte contre le virus Corona n’abandonne pas, afin qu’elle se poursuive d’une manière ou d’une autre “, a-t-il déclaré. Explique. C’est important, a-t-il dit, car le virus est toujours là, il est loin d’être anéanti. Ainsi, le Premier ministre a exhorté le public à réfléchir rapidement pour voir comment “nous pouvons continuer à avancer tout en combattant fermement comme le recommandent fortement les autorités sanitaires”.

A ce sujet, le chef du gouvernement a déclaré qu’il s’agissait d’une question pour les spécialistes de la santé. “Nous ne voudrions pas faire obstruction aux recommandations et prescriptions des autorités sanitaires”, a-t-il déclaré.

Mamane Abdoulaye (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici