Le Japon prolonge l’urgence sanitaire jusqu’au 31 mai

0
168



Publié le: Modifié:

Le Premier ministre Shinzo Abe a annoncé lundi la prolongation de l’état d’urgence au Japon jusqu’au 31 mai. Si le pays ne déplore que 510 morts pour 126 millions d’habitants, le secteur de la santé est toujours sous pression.

“Je prorogerai l’état d’urgence déclaré du 7 avril au 31 mai. Toutes les préfectures du pays sont concernées”, a déclaré Shinzo Abe lundi 4 mai, au sujet des mesures qui devaient initialement prendre fin. Mercredi.

Le ministre responsable de la lutte contre l’épidémie, Yasutoshi Nishimura, a déclaré qu’il était trop tôt pour y mettre fin. “Le nombre de nouveaux cas a diminué mais malheureusement cette baisse n’a pas atteint les niveaux attendus”, a-t-il déclaré lors d’une réunion d’un groupe d’experts conseillant le gouvernement.

“Le secteur de la santé étant toujours sous pression, nous avons besoin de la coopération de la population”, a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement japonais a néanmoins laissé la porte ouverte à la levée de l’état d’urgence avant la fin du mois après un bilan de la situation prévu vers le 14 mai dans toutes les régions.

L’état d’urgence est beaucoup moins restrictif au Japon que dans certains pays européens et aux États-Unis. Elle permet aux gouverneurs d’appeler les habitants de leur préfecture pour rester chez eux et de fermer certaines entreprises. Les autorités n’ont pas le pouvoir d’imposer des restrictions à la liberté de circulation des citoyens et aucune sanction n’est prévue.

Hôtels pour patients légers

Le Japon, avec une population d’environ 126 millions d’habitants, a signalé plus de 15 000 infections et 510 décès depuis le début de l’épidémie, bien moins que les chiffres de nombreux autres pays.

Les associations de médecins avertissent que les hôpitaux sont déjà en situation de stress et pourraient rapidement se retrouver dépassés par une progression de la maladie. Le nombre de lits de soins intensifs au Japon est estimé à 6 500 ou 5 pour 100 000 habitants, soit moins de la moitié du taux constaté en Italie, selon la Société japonaise de médecine des soins intensifs.

Des mesures ont été prises pour alléger la pression sur le système de santé, comme placer les patients présentant des symptômes légers de coronavirus dans des hôtels plutôt que de les garder dans des hôpitaux surpeuplés.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici