le jour où le football français s’est plus isolé que jamais du reste de l’Europe

0
107



Le 30 avril, le football français pourrait envisager d’être un précurseur. La Ligue 1 a été le premier championnat d’Europe majeur à clôturer définitivement la saison 2019-2020, en raison de la pandémie de coronavirus. Un mois plus tard, il se retrouve enfin seul.

Une situation illustrée par cette journée décisive du jeudi 28 mai, avec d’une part les décideurs qui rejettent toute idée de reprise de la compétition et, d’autre part, les pays voisins qui accélèrent pour reprogrammer les matchs.

L’Angleterre revient sur la bonne voie

Le contraste prend forme en début d’après-midi. Avant la conférence de presse tant attendue du Premier ministre Édouard Philippe pour la présentation de la deuxième phase du plan de déconfinement, tous les médias britanniques ont annoncé la reprise imminente du championnat anglais. Après de longues négociations et plus de mille tests de dépistage sur les joueurs et les membres du personnel, la Premier League s’apprête à reprendre à partir du 17 juin en programmant deux matchs tardifs pour mettre à jour le calendrier avant de s’engager sur les dix rencontres du 30e jour.

En ce moment, l’Angleterre emprunte la voie de l’Espagne qui avait déjà, quelques jours auparavant, obtenu le feu vert des autorités pour une relance à partir du 8 juin. L’Allemagne, déjà de retour sur le terrain depuis la mi-mai, ne sera plus seule.

La France reste au quai

Peu de temps après cette annonce en anglais, le gouvernement prend la parole pour annoncer de nouvelles restrictions sur la population et la vie économique. Le sport collectif et l’accueil du public dans les stades restent interdits jusqu’au 21 juin. Seule la formation des athlètes professionnels peut reprendre à partir du 2 juin.

Surtout, Édouard Philippe a conclu son intervention en insistant sur deux points. Premièrement: «le moment n’est pas venu» pour une reprise rapide des compétitions, notamment en Ligue 1. Aussi: l’exécutif n’a pas l’intention de «se prononcer» sur les décisions prises par les ligues et les fédérations. Une façon de leur renvoyer le ballon. Cependant, les instances dirigeantes du football ont agi car le Premier ministre avait déclaré à l’Assemblée nationale le 28 avril: “La saison 2019-2020 des sports professionnels, notamment celle du football, ne pourra pas reprendre”.

L’Italie sur les traces de l’Angleterre

Bien qu’elle ait été durement touchée par la pandémie de coronavirus, l’Italie rejoint l’Angleterre et l’Espagne. Après une consultation rapide avec le chef du gouvernement Giuseppe Conte, le ministre des Sports Vincenzo Spadafora annonce le retour de la Serie A le 20 juin. Le championnat sera précédé de la Coupe d’Italie une semaine plus tôt. A noter également que des pays mineurs comme la Hongrie et la Russie annoncent également un retour à la compétition, avec un public restreint dans les stades.

Pressions OL, LFP ferme la porte

Pendant ce temps, en France, l’Olympique Lyonnais a sauté sur l’occasion pour réclamer un nouveau recul. Le club de Jean-Michel Aulas demande non seulement l’autorisation de disputer des matchs amicaux à partir du 22 juin, mais aussi la reprise de la Ligue 1 2019-2020: “Le Premier ministre ayant confirmé une fois de plus que la décision d’arrêter avait été prise par la Ligue , L’Olympique Lyonnais s’inquiète de cette décision désastreuse pour le football professionnel français “.

Mais la Ligue de football professionnel (LFP) balaie cette idée. “Edouard Philippe a une nouvelle fois écarté l’idée de reprendre les compétitions aujourd’hui, confirmant ainsi sa position exprimée le 28 avril. Il n’est donc pas question d’envisager un redémarrage de la saison 2019-2020 comme certains l’ont fait valoir. Essayez de demander”, réplique l’institution. Le football français devra donc attendre au mieux août.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici