Le marché Dolé participe à la fois à la modernisation de la ville de Zinder (car c’est un joyau architectural) et au développement économique de la Région (car c’est le plus grand centre commercial moderne du Niger). “Succès”. – Le Sahel

0
101


Partager c’est aimer!

Pouvez-vous nous présenter brièvement le marché Dolé à Zinder?

Le marché Dolé à Zinder est une infrastructure nouvellement construite; il a été construit il y a deux ans, mais l’ouverture officielle a eu lieu le 20 septembre 2018. Il s’agit d’une infrastructure d’une capacité de 2 152 magasins, d’un millier de hangars avec 16 toilettes, 8 mosquées et 8 parkings.

Quel est le taux d’occupation des magasins et des hangars?

Le taux d’occupation est d’environ 80%. A ce niveau, il y a une petite précision à donner: il y a 352 immeubles de grande hauteur dont 2/3 non occupés et 32 ​​commerces en cul de sac, soit des rues bloquées.

Ce taux d’occupation n’est-il pas plutôt la conséquence d’un surdimensionnement du marché?

On peut le dire en quelque sorte car le marché de Dolé compte 2152 magasins alors que celui de Niamey n’en compte que 1800 environ et celui de Maradi 1450. Et puis, après pratiquement un an et demi de gestion, il me semble que le marché a atteint sa capacité d’occupation optimale.

Mais comment envisagez-vous d’occuper les 20% restants des magasins?

Nous avons déjà une solution: il s’agit de réaliser des escaliers extérieurs pour les magasins qui sont en hauteur; cela permettrait aux personnes qui souhaitent exercer leur activité ou leurs activités (comme les tailleurs, les petites ONG, etc.) d’occuper des magasins en hauteur.

Qu’en est-il de la sécurité sur et autour du marché Dolé?

Le marché a été conçu avec un poste de police incorporé. Les locaux du commissariat sont là mais jusque-là, le commissariat n’a pas été installé; ce sont les mêmes policiers venus depuis la construction qui continuent de contrôler le marché; il y a une vingtaine de policiers qui sont là en permanence sous les ordres de la Riot Control Company. Cependant, nous aimerions toujours avoir notre propre poste de police avec lequel nous pouvons élaborer des plans de sécurité. Nous avons également une société de sécurité avec laquelle nous avons passé un contrat pour maintenir l’ordre et la sécurité sur le marché, jour et nuit.

Avez-vous enregistré des cas de vol, de petit vol ou de bagarres?

Dans un marché comme celui-ci où il y a 4 000 à 4 500 personnes, soit un taux de présence de 80%, aucun vol grave n’a été signalé, mais il y a des petits vols ici et là. le. Nous essayons de faire face à cela, mais je pense qu’avec l’installation de notre propre poste de police, nous le ferons plus efficacement.

Comme vous le savez, le gouvernement du Niger vient d’interdire, dans le cadre de la lutte contre la propagation des coronavirus, les rassemblements de plus d’un millier de personnes: quelles mesures sont prises en matière de santé sur votre marché?

Pour l’instant, nous attendons le signal du Gouvernorat de Zinder car le marché, qui doit être géré par une entreprise non encore créée, est géré par une Administration Déléguée placée sous la tutelle du Gouverneur …

Quel est l’impact de la fermeture de la frontière nigéro-nigériane sur les activités du marché Dolé?

Nous avons vraiment un impact réel et perceptible, car notre économie est presque dépendante, à un pourcentage assez élevé, de celle du Nigéria. Ainsi, depuis la fermeture du Nigéria, nous avons été confrontés non pas à une pénurie mais à un problème de circulation des marchandises dont l’arrivée est retardée; cela a conduit, au début de la fermeture de la frontière, au fait que les prix des produits de base avaient augmenté de façon exponentielle. Au fil du temps, les gens ont trouvé des canaux d’approvisionnement et le solde revient.

S’agit-il de circuits légaux ou illégaux?

Ce sont certainement des circuits informels car, formellement, la frontière est fermée. Les gens réussissent à s’adapter car il y a des produits qui viennent du nord, d’Algérie et de Libye notamment, via Agadez.

Réalisé par Sani Soulé Manzo, envoyé spécial (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici