Le ministre conseiller spécial Mohamed Saidil Moctar revient sur les grandes lignes évoquées par le chef de l’Etat – Le Sahel

0
67


Partager c’est aimer!

A l’issue de la table ronde, le ministre, conseiller spécial du président de la République, M. Mohamed Saidil Moctar a expliqué à la presse, que le chef de l’Etat avait été choisi pour l’ouverture de ce forum et que c’était l’occasion pour lui faire le point sur les différents efforts déployés par l’Afrique et au niveau sous-régional, notamment en tant que président en exercice de la CEDEAO en ce qui concerne Covid 19. «Des efforts sont faits avec, entre autres, la création du Fonds de solidarité, “a-t-il dit. La question de la sécurité au Sahel a notamment été rappelée par le chef de l’Etat. Les efforts déployés sur le terrain au niveau sous-régional ont permis de maîtriser les effets de cette pandémie. Ce sont, selon M. Saidil, efforts pour saluer et encourager. Selon lui, SE Issoufou Mahamadou a évoqué un certain nombre de paradigmes qui impliquent une gouvernance politique et économique mondiale plus démocratique, une accélération de l’intégration politique et économique du continent africain et la mise en place d’institutions démocratiques fortes.

Toujours selon le ministre-conseiller, le nouveau paradigme du chef de l’État est de sortir le peuple de la pauvreté. L’intervention du Président de la République a également porté sur les questions de jeunesse. Pour le chef de l’État, cette jeune population doit être bien formée, bien encadrée, bien éduquée et qu’elle en vienne à avoir un certain nombre d’avantages, dont l’accès au capital. Selon Saidil Moctar, SE Issoufou Mahamadou en a profité pour faire le point sur les efforts du gouvernement dans la gestion de cette crise sanitaire au Niger avec la mise en place d’un plan de réponse comme d’autres pays.

Dans le dernier point d’intervention, le président a également la situation de la pandémie en Afrique avec notamment moins de cas que les prévisions ne l’ont fait. Pour le chef de l’État, après Covid ne devrait plus être comme avant. Tout doit changer, les Africains doivent s’unir, doivent s’unir pour faire face aux défis. Ensemble, ils doivent travailler pour un monde résilient.

Lors de cette rencontre virtuelle, les dirigeants africains ont échangé pour parler de leur pays par rapport à un monde qui ne sera plus jamais le même. Ensemble, les dirigeants africains ont discuté de la résilience et du libre-échange continental qui en découleront. Ils ont évoqué la réponse africaine à cette crise mondiale, un appel de l’Afrique à agir ensemble pour protéger les économies les plus vulnérables.

Aïssa Abdoulaye Alfary (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici