Le Niger perd un cadre précieux – le Sahel

0
29


Partager c’est aimer!

Le secrétaire général de la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports des pays à partage français (CONFEJES), notre compatriote Ali Bouramah Harouna, est décédé lundi dernier à Dakar. Elu en 2013 à la tête de cette organisation qui regroupe une quarantaine de pays pour un premier mandat de 4 ans, M. Ali Bouramah Harouna, a été réélu en avril 2017 pour un second mandat de 4 ans.

Dans un communiqué rendu public le même jour, la secrétaire générale de l’OIF, Mme Louise Mushikiwabo, a salué la mémoire de ce grand ouvrier, Ali Bouramah Harouna. Au nom de la Francophonie et en son nom propre, Mme Mushikiwabo a adressé ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches, ainsi qu’à la ministre de la Jeunesse et des Sports du Maroc, qui préside actuellement la CONFEJES. Depuis sa prise de fonction en 2013, M. Ali Bouramah Harouna a, selon Mme Louise Mushikiwabo, contribué à l’élaboration de politiques jeunesse dans les pays francophones, œuvrant notamment en faveur de l’entrepreneuriat et du volontariat, en étroite collaboration avec l’Organisation internationale. de la Francophonie. “Il a été membre actif du Conseil d’Orientation des Jeux de la Francophonie et a contribué à faire des prochains Jeux de Kinshasa, en 2022, un succès en termes de formation et de volontariat pour les jeunes”, a ajouté le Secrétaire général de l’OIF.

Après son renouvellement en avril 2017, par la 35e Conférence ministérielle de la CONFEJES, pour un second mandat de quatre ans, M. Ali Bouramah Harouna, de passage à Niamey nous a accordé un entretien dans lequel il a évoqué les grands projets de la CONFEJES depuis 2013. «Nous étions capable de mettre en œuvre les recommandations et décisions prises par les ministres en matière d’orientation politique, sur les secteurs de la jeunesse, du sport et des loisirs; en termes de mise en œuvre des différents programmes, en termes de mise en œuvre des recommandations. Je pense que cet objectif a été atteint; car le résultat a été apprécié et félicité. En assumant un second mandat, c’est une autre responsabilité pour moi, c’est un défi. C’est une façon de me dire de faire la même chose, sinon plus que ce que j’ai fait. C’est un autre engagement que je prends et je ne dois pas décevoir »a souligné M. Ali Bouramah Harouna.

Dans le cadre des missions assignées à l’institution, a-t-il ajouté, il y a des interventions, à la fois sur les questions de la jeunesse, du sport, des loisirs et de la formation des cadres. La CONFEJES est l’une des rares institutions depuis 1969, date de sa création, à octroyer des bourses et des programmes et à renforcer les capacités des instituts nationaux dans la formation des cadres. «Nous avons donc essayé en matière de sport, de développer les différents programmes à travers les problématiques actuelles, notamment pour promouvoir le sport, pour soutenir la promotion du sport de masse, la pratique du sport, voire la pratique inclusive du sport pour les femmes et les handicapés. Nous avons essayé de soutenir les athlètes africains francophones à participer à des compétitions internationales pour que la francophonie soit connue à travers les athlètes. Nous avons essayé de renforcer les capacités des instituts avec la possibilité de toucher les LMD, les aider à faire des plans de travail, les aider de former des formateurs, et de les aider à formuler des modules pour que les jeunes et les cadres sportifs puissent avoir une formation à jour et répondre à de nouveaux besoins »nous confie le SG de CONFEJES. Avec sa mort, le Niger perd l’un de ses de vaillants dirigeants qui ont porté les couleurs du pays dans les institutions internationales.

Que son âme repose en paix. Amine!

Oumarou Moussa (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici