«Le nombre de cas mensuels enregistrés est passé de 41 cas en août à 327 cas en novembre 2020, soit 8 fois plus de cas»», déclare Dr Idi Illiassou Mainassara – Le Sahel

0
38


Partager c’est aimer!

Depuis quelques jours l’on assiste à une recrudescence manifeste de la maladie à coronavirus. Pour éclairer la population sur cette augmentation des cas positifs de COVID-19 dans notre pays, le ministre de la Santé Publique Dr. idi Illiassou Mainassara et les membres du comité interministériel de lutte contre la COVID-19 ont animé, hier matin à Niamey, une conférence de presse. Au cours de cette conférence, Dr Idi Illiassou Mainassara et les techniciens de la santé ont donné, des éclaircissements et des explications sur l’état de la lutte contre la COVID-19.

Dans ses propos liminaires, le ministre de la Santé Publique a rappelé que, depuis la notification du 1er cas de COVID-19 par le Niger, le 19 mars 2020, le gouvernement a pris plusieurs mesures visant à renforcer la surveillance et la maitrise de la situation. En ce sens, Dr. Idi Illiassou Mainassara a précisé que des efforts importants ont été fournis par l’Etat et ses partenaires afin de contrôler cette pandémie.

A la date du 1erdécembre 2020, la situation épidémiologique se présente comme suit : sur un total de 46.552 tests réalisées, 1.586 cas positifs ont été notifiés avec 75 décès, 1.219 sorties guéris et 292 cas actifs. L’ensemble des 8 régions du pays ont été touchées avec Niamey comme épicentre qui a enregistrés environ 77% des cas.

Après le pic observé aux mois d’avril-mai 2020, la situation s’est nettement améliorée au cours des mois d’aout à octobre 2020. «Depuis l’ouverture des frontières aériennes le 1er aout 2020, les cas enregistrés sont en grande partie des voyageurs demandeurs de tests PCR COVID-19. Cependant, au cours du mois de novembre et plus précisément ces dernières semaines, nous assistons à une recrudescence des cas. En effet, le nombre de cas mensuels enregistrés est passé de 41 cas en aout à 327 cas en novembre 2020, soit 8 fois plus de cas», a déclaré le ministre précisant que la majorité des cas sont asymptomatiques. Trois régions sont concernées par cette augmentation à savoir Niamey, Tillabéri et Agadez. Ainsi, sur les 327 cas du mois de novembre, 277 sont de la région de Niamey soit 85%. Plus de la moitié des cas sont des voyageurs demandeurs de test PCR COVID 19 et le reste est constitué des cas contacts de ces demandeurs de PCR positifs et quelques alertes.

Une analyse faite sur les contacts des voyageurs positifs sur les 4 derniers mois a montré un taux de positivité moyen de 6% (variant de 1.1% en aout à 8.9% en novembre). «Cela veut dire que le virus circule au niveau communautaire. Notre attention doit être attirée sur la situation au niveau de la région de Niamey. Selon l’analyse des cas positifs investigués sur les 4 derniers mois, 51% sont dans la commune 1 suivie des communes 4 et 5. (…) Nous invitons l’ensemble de la population à redoubler de vigilance car la période que nous traversons, marquée par cette seconde vague au niveau international et la saison froide, est fortement favorable à la réémergence de cette maladie» a expliqué le ministre de la Santé Publique. Dr Idi Illiassou Mainassara a demandé à la population de faciliter la tâche aux équipes de santé dans le cadre des investigations, de la prévention contre l’infection et de la prise en charge des cas positifs afin de contribuer efficacement à l’interruption de la circulation au niveau communautaire.

Toutes les questions et les préoccupations des journalistes présents à la conférence ont été prises en compte par les conférenciers. Les questions les plus récurrentes sont la prise en charge des personnes atteintes de la COVID-19, l’évolution des recherches du vaccin anti-COVID, le risque de ‘’reconfinement’’, la COVID-19 et les campagnes électorales, la lutte contre la COVID-19 au niveau de l’aéroport de Niamey, le relâchement dans le respect de l’ensemble des gestes, etc.

Présente à cette conférence, la représentante de l’OMS au Niger, Dr. Blanche Anya a précisé qu’au niveau mondial, il y a 47 candidats vaccins qui sont actuellement en train d’être testés. «Pour le moment il y a trois candidats vaccins qui sont très avancés qui pourraient être produits au premier trimestre 2021. Le Niger est très avancé dans ce processus» a dit la représentante de l’OMS au Niger, Dr. Blanche Anya.

Abdoul-Aziz Ibrahim(onep) et Moussa Kari Zeinabou (stagiaire)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici